Mohia a pris sa valise



Il y a douze ans, jour pour jour, le 7 décembre 2004, Abdellah Mohia, fondateur du théâtre d’expression kabyle, a quitté ce monde prématurément au moment où son génie créateur pouvait encore enrichir énormément cet art.

Mohand Ouyahia (son nom d’artiste) a consacré une grande partie de sa vie à s’adonner avec un talent incontestable et une passion remarquable à la traduction et adaptation de pièces écrites par les monuments du théâtre universel parmi lesquels des Prix Nobel de littérature. Mohia a compris, bien avant beaucoup d’autres, l’importance d’enrichir la langue et culture kabyles avec des œuvres ayant marqué l’humanité toute entière afin de hisser notre culture au diapason de l’universalité. Malheureusement, le chemin qu’il a tracé n’a pas été suivi car il faut reconnaitre que rares sont ceux dotés du talent de Mohia dans le domaine de la traduction-adaptation de grandes œuvres littéraires. On regrettera aussi que douze ans après son décès, les œuvres traduites par Mohia ne sont pas disponibles sous forme de livres et elles demeurent hélas au stade de l’oralité. La raison, semble-t-il, serait un problème de droits d’auteur (encore un !).

A l’occasion de ce douzième anniversaire, les huitièmes journées théâtrales en hommage à Mohia ont été lancées ce mardi à Tizi Ouzou. Elles se poursuivront avec la remise  du Prix Mohia de la meilleure dramaturgie en langue amazighe. A cet effet, plusieurs activités culturelles sont au menu dont la présentation de la pièce théâtrale Mohand Ou Chabane (adaptée par Mohia). Par ailleurs, une table ronde est annoncée à la même occasion et dont le thème est l’œuvre de Mohand Ouyahia. Elle sera animée par Said Chemakh, maitre de conférences en tamazight, Ghania Mouzarine, doctorante en tamazight ainsi que Boukhalfa Ayad, universitaire. Ces derniers décortiqueront le théâtre de Mohia et son imaginaire poétique. Rappelons que le jury du Prix Mohia est présidé par le célèbre homme de théâtre Omar Fatmouche, ex-directeur du théâtre régional Malek Bouguermouh de Bgayet.  Notons enfin que la journée de vendredi prochain sera consacrée à un recueillement sur la tombe d’Abdellah Mohia au village Ath Rbah près de Tassaft.

Tahar Khellaf pour Tamurt

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire