MPA : Amara Benyounes, Président à vie



Décidément, les partis démocratiques en Algérie n’ont de démocrates que le nom. Autrement, comment expliquer cette absence totale d’alternance à la tête de ces formations politiques ? Le mauvais exemple vient encore d’être donné par Amara Benyounes, Président du Mouvement populaire algérien (MPA) dont le seul programme et l’unique discours est de soutenir, avec un zèle, le Président Abdelaziz Bouteflika.

En effet, la réélection d’Amara Benyounes comme Président du MPA, le weekend dernier lors d’un soi-disant congrès, vient de passer comme une lettre à la poste. Aucun autre candidat n’a pu rivaliser avec Amara Benyounes dont le MPA semble être une propriété privée. A l’instar de Saïd Sadi, son ancien compagnon, Amara Benyounes a réussi à faire le vide autour de lui au sein de la direction du MPA. Le peu de personnalités politiques, dotés un tant soit peu d’une stature, ont été vite évincés à l’instar de Arezki About, l’un des vingt-quatre détenus du printemps berbères qui a tenté de se faire une place à côté de Amara Benyounes au sein du parti de ce dernier qui portait à l’époque (au début des années 2000) le nom de l’Union démocratique républicaine-UDR, avant de devenir le MPA.

Malheureusement, cette pratique malsaine et anti-démocratique consistant à rester Président à vie n’est pas l’apanage de Amara Benyounes mais elle est pratiquée par de nombreuses autres personnalités kabyles. Ait Ahmed est resté Président du FFS (Front des forces socialistes) de 1963 jusqu’à son décès en 2015. Ahmed Ouyahia ne veut pas non plus lâcher la présidence du RND (Rassemblement national démocratique) depuis son intronisation. Concernant Said Sadi, même si officiellement, il n’est pas Président du RCD, tout le monde, même les observateurs naïfs, sait  que c’est Sadi qui tire toutes les ficelles.

Lyès Medrati pour Tamurt  

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire