Le mur des lamentations ne répond plus



Ô mon cœur, cesse de gémir

De pleurer, de souffrir

Cesse d’invoquer le désespoir

Pour justifier tes déboires

**********

Oublie le passé compliqué

Oublie le passé décomposé

Oublie les multiples regrets

La nostalgie des rêves avortés

**********

Tu es assez grand pour être sage

Et oublier tous les virages

Tu dois être assez mûr à ton âge

Pour être distrait par les mirages

**********

Ne sois pas têtu comme autre fois

Pour une fois, je t’en prie, écoute-moi

On va brûler tout le passé

Avec ses idées et ses déchets

**********

Même les cendres, on va les enterrer

Sans pitié, sans pleurs et sans regrets

Nous redeviendrons vierges et légers

Comme des oiseaux, libres et soulagés

On fera table rase du maudit passé

On se tournera vers un présent simplifié

Débarrassés de toutes les impuretés

Les faux prétextes, les préjugés

**********

Sois raisonnable et écoute-moi

Je ne veux nullement t’imposer mes lois

Nous airons emprunté une fausse voie

Qui nous a égares complètement, toi et moi

**********

Avec le recul et la sagesse aidants

La vie m’a appris quelques rudiments

J’ai appris si tu veux bien m’écouter

Qu’il ne faut pas remuer le couteau dans la plaie

**********

A deux, nous conjuguerons notre destinée

Uniquement ay présent de l’éternité

Nous dirons adieu aux nuages odieux

Qui ont pollué nos vies et nos cieux

**********

Nous vivrons enfin heureux

Toi et moi, dans un ciel bleu.

Par Hammar Boussad.

 

 

Laisser un commentaire