Nekkaz et Sellal champions des réseaux sociaux, les partis d’opposition à la traîne



Depuis quelques années, les réseaux sociaux prennent une part de plus en plus importante dans le champ politique dans de nombreux pays. Désormais, ils deviennent décisifs dans les élections en influençant la vie politique.

Aux États-Unis, Donald Trump a admis que les réseaux sociaux l’ont aidé à remporter la présidentielle. « Le fait que j’aie un tel pouvoir en terme d’audience sur Facebook, Twitter, Instagram, etc, je pense que cela m’a aidé à gagner tous ces (États) où ils dépensaient beaucoup plus d’argent que moi », a-t-il affirmé.

En Algérie, Facebook compterait une dizaine de millions d’utilisateurs, essentiellement des jeunes. Paradoxalement, les partis d’opposition, qui se plaignent de la fermeture du champ médiatique et des restrictions à la tenue de réunions publiques, ne semblent pas avoir intégré la dimension réseaux sociaux dans leur stratégie.

Le site officiel du RCD est à jour, alimenté régulièrement. Mais il n’attire que très peu de personnes : sur les 11.000 fans que compte la page, seules 426 personnes ont interagi avec des publications de la page cette semaine. Il faut savoir que sur Facebook, le principal indicateur n’est pas le nombre de fans mais celui des « engagements », à savoir ceux qui interagissent avec la page avec des « like », des commentaires ou des partages.

Autre parti d’opposition, le FFS n’affiche que 8.802 mentions j’aime sur sa page Facebook pour un total de 722 engagements sur la semaine. Sur la page du Parti des travailleurs (PT), seules 59 personnes ont interagi cette semaine. Le MSP affiche de meilleurs scores avec 1.634 engagements sur la semaine.

Paradoxalement, c’est le RND, parti au pouvoir, qui affiche les meilleures performances de toutes les formations politiques : 73.469 fans et 8.722 engagements, soit plus de 10%, ce qui constitue un bon score. Le FLN compte 17.700 fans et affiche 1.351 engagements sur la semaine.

Côté personnalités, la page d’Abdelmalek Sellal est la plus active : 670.000 fans pour plus de 29.000 interactions sur une semaine.

Mais la palme revient à Rachid Nekkaz, candidat malheureux à la présidentielle de 2014. Sa page affiche plus d’un million de fans et 51.230 engagements sur la semaine. L’homme politique semble avoir une véritable stratégie sur les réseaux sociaux : une page tenue à jour, des live-vidéo… Un bon exemple à suivre pour les autres formations et personnalités politiques.

Source : tsa-algerie.com / Sonia Lyes

Laisser un commentaire