«Nuit debout» reste controversé



FranceSelon un sondage, 54% des Français se prononcent pour l’interdiction du mouvement.

Une majorité de Français (54%) estime qu’il faudrait interdire le mouvement «Nuit debout», comme le réclament certains politiciens, selon un sondage Odoxa publié vendredi. L’interdiction est surtout désirée à droite, avec 70% de sympathisants qui s’y disent favorables.

A gauche, cette mesure est appuyée par 43% de sympathisants. Seules 49% des personnes interrogées disent désormais soutenir le mouvement contestataire, contre 60% au début avril. Plus de la moitié d’entre elles déclarent ne pas le soutenir (51%), contre 39% au début avril.

Loi du travail

«Nuit debout», qui s’est installé place de la République à Paris, a commencé sur un rejet du projet de loi sur le travail, fait désormais converger des luttes disparates.

La préfecture de police de Paris a pris plusieurs arrêtés interdisant ponctuellement la diffusion de musique et la consommation d’alcool en raison de «débordements».

Cette enquête a été réalisée sur Internet jeudi et vendredi auprès d’un échantillon de 1011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Internationalisation du mouvement

Le mouvement «Nuit debout» a par ailleurs appelé samedi à une journée de mobilisation en Europe et dans le monde le 15 mai prochain. «Nous sommes dans une logique d’internationalisation», a expliqué l’un des participants à ces rassemblements depuis fin mars.

L’objectif n’est pas, selon lui, d’exporter le mouvement parisien, mais d’organiser le même jour des mobilisations «autonomes» dans plusieurs villes européennes, «coordonnées par les mouvements sociaux», autour de quelques thématiques partagées: les migrants, l’austérité, le libre-échange.

La date du 15 mai a été choisie en référence au mouvement espagnol des Indignés, né à Madrid le 15 mai 2011. (ats/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire