One two three rentrez en Algérie !



Le One two three du pouvoir en place n’a pas pu créer cette fois-ci un show national. Dommage ! Mais au même temps c’est bien, ça fait du bien, au moins ça nous évite d’avoir à supporter ce slogan du pouvoir. Conçue et fabriquée de toute pièces par les supporters de la présidence à vie de Bouteflika pour faire oublier sa maladie et son incapacité à gouverner aux peuple et mettre de l’ambiance bon enfant dans les rues à défaut de manifs, égayer les mœurs et attendrir un peu l’atmosphère de la tension sociale et policière pesant sur le peuple comme une chape de plomb, cette équipe a joué le rôle de tremplin et d’opium de peuple au moment où le régime a senti venir un ouragan de contestation risquant de le balayer après les révoltes arabes.

Que les gens se détrompent un peu et se calment, la première mission de cette équipe n’ était pas de se qualifier encore moins de remporter un trophée, certes, ça ferait plaisir au sultan, ça remonterait sa cote et lui donner du peps, mais plutôt d’endormir et d’occuper les gens en les ambiançant. L’ingéniosité du régime en matière d’invention de scénarios de diversion est sans limite. Ce dernier n’a pas trouvé mieux pour soigner les tensions palpables et contagieuses de son peuple que de lui proposer un divertissement de temps en temps pour décompresser et ralentir son burn out qui peut lui être fatale. Alors quoi de mieux que d’ investir dans la ferveur populaire en la rentabilisant à son compte. La remise en marche alors de l’équipe nationale, dont Mohamed Raouroua est le maître d’ouvrage, est bien pensée dans ce sens. On s’en fout combien ça coûte, l’essentiel la paix. Tout est produit d’importation, de l’entraîneur jusqu’aux joueurs, tout est made étranger, il n’ y a que les supporters qui sont locaux quoi il y a aussi un réseau de one two three ici en France activé pendant les occasions pour faire vivre Ruh El Watania (le patriotisme du ventre).

Dommage pour les one two thristes que l’aventure soit arrêtée net dans la phase des poules de la coupe d’Afrique des nations ! Trois matchs, aucune victoire, aucune envie de gagner, rien dans les pieds, rien dans le cœur, rien sur le maillot tout est dans le compte. On ne change pas l’équipe qui perd, c’est marqué dans le contrat. Et puis, après tout, on s’en fout, l’objectif n’est pas de gagner mais juste créer l’ambiance, faire un show épisodique de quoi amuser les gens et puis c’est tout. On ne vous demande pas de représenter la nation avec le cœur, de vous mouiller le maillot, juste la caleçon ça va, on sait que vous en foutez royalement de ce onze de Mohamed Raouroua, mais aidez-nous juste à bluffer et à endormir le peuple.

Tout compte fait, on ne peut que se réjouir du parcours et de la longévité de cette équipe fabriquée de toute pièces dans la cocotte minute du régime pour répondre au frustrations du peuple algérien de se voir représenter en phase éliminatoire de la coupe du Monde 2014 où il s’en est fallu de peu pour faire revivre aux Allemands le cauchemar de 1982 !

Soucieux de sa longévité assurée jusque-là par la force, le régime de Bouteflika voulait diversifier les moyens de contrôle et a fait de l’équipe nationale un moyen d’allégeance. Craignant un burn out populaire général après dix ans de terrorisme et de militarisme étouffant toutes expressions populaires, toutes manifestation artistiques, le régime s’est investi dans les solutions alternatives et récréatives pour décompresser un peu les gens. Il a alors mis le paquet sur la ferveur populaire et pendant ce temps one two three le cauchemar continue…

Omar Tarmelit

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire