Oran La participation politique de la femme élue locale en débat



La première des activités de ce programme de coopération est le lancement d’une étude inédite en Algérie, basée sur une enquête, sur les contraintes et les opportunités des femmes élues locales, en vue d’identifier leurs besoins en la matière.

La participation politique de la femme élue locale sera, demain, au centre d’une journée d’étude organisée au Centre de recherche en Anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran, a-t-on appris hier des organisateurs. Cette rencontre dont le thème porte sur les contraintes et les opportunités de la participation politique des femmes élues locales a été initiée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales (MICL) et l’Organisation des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), dans le cadre du programme de coopération entre ces deux parties et en partenariat avec le Crasc.
L’organisation d’un tel événement intervient principalement pour rappeler l’importance de la participation des femmes dans la vie politique, à la veille du renouvellement des instances élues, et dans l’instauration d’un développement local durable et inclusif. La rencontre vise également à informer les élues locales, le monde universitaire et de la recherche, la société civile et les médias des activités de ce programme de coopération, mises en œuvre par le MICL en matière de renforcement des capacités des élues locales pour leur participation effective et durable dans la vie politique et pour un développement sensible au genre. La première des activités de ce programme de coopération est le lancement d’une étude inédite en Algérie, basée sur une enquête, sur les contraintes et les opportunités des femmes élues locales, en vue d’identifier leurs besoins en la matière. Sa réalisation a été confiée au Crasc par ledit programme et ses résultats seront livrés avant la fin de l’année 2016, a-t-on souligné de même source.
La portée de cette initiative recouvre tout son sens avec l’adoption par les Etats membres de l’ONU, en 2015, d’un nouveau programme de développement durable qui comprend 17 objectifs mondiaux à atteindre, à l’horizon 2030, pour mettre fin à la pauvreté, lutter contre les inégalités et l’injustice et faire face au changement climatique.

Plusieurs interventions sont prévues pour cette journée dont celles de la directrice de la gouvernance locale au MIC, de la coordinatrice nationale des Programmes-Pays Algérie, de l’ONU-Femmes et de la sénatrice et ancienne ministre chargée de la Famille et de la Condition de la femme, Nouara Djaâfar. Suite à l’adoption de la loi organique du 12 janvier 2012, instaurant des quotas de femmes à toutes les élections législatives et locales, elles sont aujourd’hui 4.120 à siéger dans les Assemblées populaires communales et 595 dans des Assemblées populaires de wilaya.

Horizons-dz.com

Laisser un commentaire