Oran: présentation d’expériences de restauration de biens culturels et historiques



ORAN- Des expériences de restauration de biens culturels et historiques en Algérie ont été présentées mercredi à Oran lors d’une table-ronde ayant pour thème « le patrimoine culturel en question ».

L’architecte Madina Foukroun de l’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens Culturels d’Alger et membre du CRASC a présenté son expérience dans le projet de restauration de « Hammam es-sabaghine » (bain des teinturiers) de la vieille ville de Tlemcen remontant au 5ème siècle.

En état d’abandon depuis 1995, cet édifice a bénéficié d’un projet de restauration qui prévoit sa reconversion en musée et espace culturel, lancé en 2010 et arrêté pour manque de financement et lourdeurs administratives.

« La seule satisfaction était de limiter les dégâts et de protéger ce site de manière temporaire », a-t-elle souligné.

Farida Sehili du département d’architecture de Setif, qui a abordé le cas de Mansoura Kebira de Bordj Bou Arreridj, a mis en exergue les outils techniques, juridiques et de financement permettant la préservation du patrimoine matériel et immatériel. « Pour réussir une restauration, il est nécessaire d’avoir une interaction positive et efficace entre ces trois éléments », a-t-elle souligné.

De son côté, Djillali Tahraoui du département d’architecture de l’USTO d’Oran est revenu sur le classement du vieux quartier de Sidi El Houari, secteur sauvegardé, affirmant que ce classement aura des retombées positives pour la ville d’Oran.

« En plus de la préservation et la restauration des vestiges historiques et archéologiques, ce quartier pourra devenir une importante destination touristique », a-t-il soutenu, rappelant que Sidi El Houari recèle de nombreux sites et monuments historiques, vestiges des différentes périodes qu’a connues Oran depuis sa fondation en l’an 902.

Pour leur part, le directeur de l’école chantier de l’association « Santé Sidi El-Houari » (SDH), Belmaaloufi Haoues, et l’architecte Soumaya Hassam ont axé leurs interventions sur les différentes phases de la restauration des « Bains turcs » de Sidi El Houari, alors que le responsable de l’antenne d’Oran de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (ONGEBCP), Ourabah Massinissa, a fait part de la réhabilitation des sites historiques à Oran dont Santa Cruz, Rosalcasar, porte du Santon, porte d’Espagne et porte de Canastel.

De son côté, le responsable de l’équipe de recherche « patrimoine, pratiques artistiques en mouvement » du CRASC, Pr Hadj Miliani, a indiqué que l’objectif de cette rencontre est de s’interroger sur la signification du patrimoine culturel matériel et immatériel, et de comprendre la manière dont les différents intervenants expérimentent les démarches d’identification, de valorisation, de réhabilitation, de conservation et de revitalisation de ce patrimoine.

Il a soutenu également qu’il faut privilégier le débat avec les acteurs agissant sur le terrain, notamment les universitaires, les créateurs, les associations et les responsables institutionnels (décideurs), et prendre en considération les interventions des uns et des autres dans une perspective analytique et compréhensive.

Lire l’article depuis sa : Source

Laisser un commentaire