Ouargla: divers projets pour booster la dynamique de développement



Diverses opérations sont à engager dans la wilaya d’Ouargla pour y booster la dynamique de développement socio-économique et prendre en charge les attentes de sa population, a-t-on appris jeudi auprès des services de la wilaya.

Intervenant en application d’un plan d’urgence de l’année en cours, exposé par les autorités locales lors d’une séance de travail tenue en marge de la récente visite d’une commission centrale intersectorielle,  ces actions touchent la quasi-totalité des secteurs d’activités, surtout ceux ayant un lien avec le cadre de vie général, dont l’agriculture, l’habitat, la santé, l’industrie et l’enseignement supérieur.

Ces actions attendues viendront se greffer à divers projets structurants retenus en faveur de la wilaya, à la faveur de financements colossaux, au titre de différents programmes, et qui traduisent l’intérêt accordé par les pouvoirs publics au développement des régions, notamment dans le Sud du pays.

L’agriculture, un créneau porteur créateur de richesse et d’emplois

Un programme « ambitieux » a été arrêté dans le but d’assurer un développement du potentiel agricole productif, l’extension de la surface irriguée et la consolidation des périmètres attribués, notamment aux jeunes agriculteurs.

Cet objectif passe par la prise en charge de diverses actions de base, dont l’électrification, la réalisation de forages et l’ouverture de pistes agricoles.

Il s’agit, parmi les actions proposées, de la réalisation de 277 km de réseau d’électrification agricole, de 6.000 mètre linéaire (ML) de forages d’irrigation avec installation d’équipements requis, en plus de l’ouverture de 354 km de pistes d’accès, selon la direction des services agricoles.

L’impact ciblé à travers ces actions est l’absorption du chômage, l’assurance de l’autosuffisance en produits agricoles avec une projection, à long terme, d’exportation.

Vers l’élargissement du parc d’activités économiques

Dans la perspective de donner un nouvel essor à l’économie productive hors hydrocarbures et la facilitation de l’accès au foncier industriel, la wilaya d’Ouargla projette l’aménagement et la remise en état de zones d’activités (ZA) se trouvant sur le territoire des communes de Touggourt (105,68 hectares), Témacine (10 ha), Mégarine (25,78 ha) et Zaouia El-Abidia (33,12 ha), en plus de la zone industrielle (ZI) de Touggourt (212,36 ha).

Le secteur de l’industrie et des mines prévoit aussi la création d’un parc industriel (500 ha) dans la commune de Hassi Benabdallah, dont l l’étude technique est déjà réalisée par l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref).

Une sollicitation est également soulevée pour la levée du gel de l’opération d’aménagement de la Z.A d’Aïn El-Beida (300 ha), inscrite dans le cadre du plan sectoriel de développement (PSD-2015), pour 1,8 milliard DA, ainsi que d’une opération similaire dotée d’un financement de 450 millions DA, au titre du Fonds spécial de développement des régions du Sud (FSDRS-2012) concernant la Z.A de Nezla (305 ha).

Dans le même sillage, une enveloppe de 600 millions DA est prévue pour l’aménagement de la Z.A de Sidi Khouiled (25,26 ha), selon les données du secteur de l’Industrie.

Lotissements sociaux et aménagement urbain

Pas moins de 15.253 terrains à bâtir ont été attribués à leurs bénéficiaires, à travers l’ensemble des communes de la wilaya d’Ouargla, dans le cadre de l’application de l’instruction n° 01 du 07 juillet 2014 relative au développement de l’offre foncière publique dans les wilayas du Sud et des Hauts Plateaux.

Cette opération, qui concerne 91 lotissements englobant 17.353 lots, a donné lieu à l’attribution de 1.339 titres de propriété, aux bénéficiaires après le passage au contrôle du fichier national.

Un besoin de financement de 5,94 milliards DA est signalé pour réaliser les travaux de viabilisation (terrassement, ouverture de routes et raccordement aux réseaux divers).

S’agissant de l’aménagement urbain, une opération de rattrapage est prévue dans plusieurs communes, pour atténuer les déficits relevés en matière de dégradation du milieu urbain.

Trois opérations de viabilisation sont attendues au niveau de trois sites (3) urbain, à savoir Hay El-Moustakbel (Touggourt), pour 372 millions DA, ainsi que le projet de 4.000 logements sociaux de type public locatif (LPL) répartis sur les sites d’Ain El-Beida et la nouvelle ville de Hassi-Messaoud, pour un montant global de plus de 1,6 milliards DA.

Nouvelles actions pour l’hôpital de Touggourt et l’Université d’Ouargla

En prévision de la réception de l’hôpital 240 lits à Touggourt en novembre prochain, de nouvelles actions sont proposées, à savoir l’inscription d’une opération d’urgence de réalisation de 30 logements pour les médecins spécialistes, dont 10 en individuel pour un coût de 250 millions DA, en plus de la réévaluation de l’opération d’acquisition d’équipement médicaux de 500 millions DA à 2 milliards DA.

L’Université d’Ouargla, qui a été consolidé ces dernières années par diverses spécialités liées notamment aux hydrocarbures, aux sciences médicales et aux sciences de technologies, peut être confrontée, dans les prochaines années universitaires (2016-2017 et 2017-2018) à une difficulté « sérieuse » en matière de capacité d’accueil des étudiants, au vu des déficits enregistrés en structures pédagogiques et d’hébergement, relèvent les services de la wilaya.

Le déficit en structures d’accueil est estimé aujourd’hui  à 7.000 places pédagogiques et 3.000 lits d’hébergement, explique-t-on en estimant que la levée du gel de deux (2) opérations de réalisation de 3.000 places pédagogiques et 3.000 lits, contribuera réduira sensiblement ce déficit.

Contribution efficace des budgets locaux dans le développement

Les budgets locaux (wilaya et subvention de la commune de Hassi-Messaoud) ont contribué, de 2012 à 2015, pour un montant global de l’ordre de 16 milliards DA, à la couverture de 29% du programme de développement retenu en faveur de la wilaya d’Ouargla.

Ces budgets, qui ont contribué considérablement à la prise en charge de plusieurs actions de développement, ne peuvent plus supporter les difficultés de financement constatées dans l’ensemble des secteurs, depuis 2012, où les recettes de ces budgets ont été affectées par des régressions considérables, suite à la décision de gestion des recouvrements fiscaux au niveau central.

Le budget de wilaya et des communes ont connu une diminution, particulièrement pour la TAP (taxe sur l’activité professionnelle), entre 2012 et 2014, qui est passée respectivement de 3,7 milliards DA à 2,7 milliards DA pour les budgets de wilaya et de 8,9 milliards DA à 7,8 milliards DA pour les budgets communaux, selon la même source.

Le Programme sectoriel de développement (PSD) représente actuellement 119 milliards DA avec un reste à réaliser de l’ordre de 58,5 milliards DA, soit un taux d’exécution de 50,79 % malgré le gel de 73 opérations pour une valeur de 17,2 milliards DA dans la wilaya de Ouargla qui n’a pas bénéficié de programme complémentaire pour le développement local.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Radioalgerie.dz

Laisser un commentaire