Ouverture du procès pour plagiat de « Stairway to Heaven »



Les stars du légendaire groupe de rock Led Zeppelin, Jimmy Page et Robert Plant, étaient au tribunal de Los Angeles mardi lors de l’ouverture du procès pour plagiat de leur mythique ballade « Stairway to Heaven ».

Cette chanson parmi les plus célèbres de l’histoire du rock est une composition originale du groupe et ne doit rien à « Taurus », un morceau instrumental du groupe psychédélique californien Spirit, a affirmé lors de ses propos liminaires l’avocat de « Led Zep' », Peter Anderson.

Il a fait jouer ce tube intergénérationnel pour le jury de quatre hommes et quatre femmes, tandis que le guitariste Jimmy Page dodelinait de la tête en cadence, vêtu d’un costume sombre comme le chanteur Robert Plant.

Spirit, qui a connu un succès d’estime mais jamais la renommée planétaire de Led Zeppelin, accuse le groupe britannique d’avoir volé son morceau pour composer la mélodie de guitare mélancolique qui ouvre son tube.

« Taurus » est sorti en 1968, soit trois ans avant « Stairway to Heaven », enregistré fin 1970 début 1971 à Londres.

Le guitariste de Spirit Randy Wolfe — Randy California de son nom de scène —, n’a jamais engagé de poursuites avant sa mort en 1997, mais une plainte a été déposée par Michael Skidmore, qui gère son patrimoine et était présent au tribunal mardi.

« Cette affaire peut être résumée (en ces) mots: attribuez une création à qui de droit », a insisté l’avocat de M. Skidmore, Francis Malofiy.

Il a recommandé de considérer ce procès, qui devrait durer 4 à 5 jours, « presque comme un test de goût »: est-ce que les deux chansons « ont le même goût? ».

Robert Plant, Jimmy Page et le pianiste John Paul Jones — le quatrième membre du groupe, le batteur John Bonham, est mort en 1980 — avaient affirmé avant le procès dans des documents de cour ne jamais avoir eu d’interaction substantielle avec Spirit ou avoir écouté la musique du groupe.

Ils affirment que l’ouverture de « Stairway to Heaven » (une séquence de guitare en la mineur) est utilisée en musique depuis des siècles et que la plainte omet le reste de la chanson, qui dure près de huit minutes.

Le juge avait contesté cet argument, affirmant que les deux chansons présentaient d’autres similitudes, y compris la ligne de basse.

L’accusation fait valoir que Led Zeppelin avait joué en ouverture de Spirit lors de sa première prestation aux Etats-Unis en 1968 à Denver et connaissait donc « Taurus ».

L’avocat du groupe a reconnu mardi que Jimmy Page possédait l’album de Spirit sur lequel se trouvait le morceau en question, assurant toutefois qu’il n’y a « aucune preuve que, parce qu’il l’a en sa possession maintenant, il l’avait il y a 45 ans ».

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire