Pakistan : double attentat endeuille la corporation des avocats, au moins 70 morts



Un attentat suicide a fait plus de 70 morts et une centaine de blessés ce lundi au Pakistan. Le kamikaze s’est fait explosé devant un hôpital, au milieu d’une foule en deuil.

Scènes cauchemardesques au Pakistan. Un kamikaze s’est fait explosé devant l’hôpital de Quetta, dans la province du Baloutchistan, au milieu d’une foule en deuil. 200 personnes, des avocats et journalistes pour la plupart, qui pleuraient la mort d’un bâtonnier assassiné quelques heures plus tôt. Bilal Anwar Kasi, le bâtonnier de cette province du Baloutchistan, assassiné quelques heures plus tôt. Il a trouvé la mort alors qu’il quittait son domicile pour rejoindre le tribunal de la ville. A Quetta, les avocats sont régulièrement ciblés. Cet été, deux d’entre eux, dont Barrister Amanullah Achakzai, doyen de l’université de droit du Balouchistan, ont été assassinés. Le bilan provisoire donne plus de 70 morts et une centaine de blessés.

Jamaat ul-Ahrar assume le carnage

L’attentat a été revendiqué par les talibans pakistanais. C’est la deuxième attaque la plus meurtrière après le carnage dans un parc pour enfants, le weekend de Pâques à Lahore, qui avait fait 75 morts. Jamaat ul-Ahrar, un des groupes islamistes les plus violents et sectaires du pays, « assume la responsabilité » de l’attentat à la bombe ayant tué au moins 70 personnes, ce lundi. Un de ses porte-parole a déclaré, dans un mail envoyé à la presse, que son groupe « prend la responsabilité » de l’attaque et en promet d’autres, « jusqu’à l’imposition d’un système islamique au Pakistan ». Il a également revendiqué l’assassinat du bâtonnier du Baloutchistan, ce qui confirme le caractère coordonné des deux attaques.

Une province instable et riche

Quetta est la capitale du Baloutchistan, une province très instable à la frontière de l’Iran et de l’Afghanistan. Une région riche en réserves pétrolières et gazières, secouée par des violences confessionnelles entre sunnites et chiites. C’est aussi une cible récurrente des talibans. Plusieurs attaques ont visé récemment des structures gouvernementales et les forces de sécurité. Grande comme l’Italie, et riche en ressources minières, la région abrite plusieurs groupes islamistes. Elle est également connue pour son banditisme et son mouvement indépendantiste, étroitement surveillé par les renseignements militaires (la Direction pour le renseignement interservices).

Un groupe islamiste extrêmement violent et sectaire

Le Jamaat ul-Ahrar préviligie tout particulièrement les cible chrétiennes. Un an plus tôt, dans la même ville, il avait visé deux églises, tuant quinze personnes. A Quetta, les attentats visent aussi régulièrement la minorité chiite. En février 2013, une bombe déposée dans un marché fréquenté par des Hazaras (des chiites qui vivent en Afghanistan et au Pakistan) avait fait 89 morts. Un mois plus tôt, un double attentat-suicide avait fait 92 morts dans un quartier chiite.

LMA – Agences

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire