Paris, Berlin et Rome veulent une « nouvelle impulsion » pour l’UE



Après le référendum sur le Brexit, les dirigeants français, allemande et italien ont proposé une « nouvelle impulsion » du projet européen.

Au cours d’une conférence de presse à Berlin avec le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, la chancelière allemande Angela Merkel a estimé nécessaire de donner « une nouvelle impulsion » au projet européen « au cours des prochains mois » afin d’éviter que le vote britannique ne serve d’exemple pour d’autres pays.

La chancelière fédérale a notamment souligné que des avancées étaient envisagées dans les domaines de « la défense, la croissance, l’emploi et la compétitivité ». Pour sa part, le leader français a évoqué la « sécurité, la protection des frontières, la lutte contre le terrorisme, la capacité à pouvoir nous défendre ensemble », ainsi que la croissance et l’emploi « avec le soutien à l’investissement » et l’aide à la jeunesse.

M.Renzi a quant à lui indiqué qu’il y avait « un besoin très clair et très fort de remodeler le projet européen des années à venir ».

Selon une déclaration commune rendue publique par les trois dirigeants, les pays de la zone euro doivent parvenir à une plus grande convergence « y compris dans les domaines social et fiscal ».

La première ministre polonaise Beata Szydlo s’exprimant à la chaîne de télévision TVP Info a de son côté estimé que le duo franco-allemand était incapable de « faire quelque chose de nouveau pour l’Union européenne ».

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire