Paris résolu à développer les relations économiques avec la Russie



Les chefs des diplomaties russe et française, Sergueï Lavrov et Jean-Marc Ayrault se sont entretenus ce mardi 19 avril à Moscou afin de passer en revue les relations bilatérales ainsi qu’évoquer un large éventail de questions d’ordre international.

Les relations entre la France et la Russie se développent intensivement en dépit des difficultés observées dans le domaine international, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault à l’issue d’un entretien avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

« Au cours de la rencontre, nous avons constaté que les relations économiques bilatérales restaient intenses. Beaucoup de compagnies françaises fonctionnent en Russie et aucune n’a quitté le marché russe », a déclaré le ministre français dont les propos ont été retraduits du russe.

Les deux pays poursuivent leur coopération dans le domaine des transports, de l’espace, de l’aéronautique et de l’énergie. En outre des échanges sont effectués au niveau académique, dans le domaine de la recherche et celui culturel, a précisé le chef de la diplomatie française.

En même temps, même si nos relations bilatérales poursuivent leur développement, elles sont loin de leur potentiel réel, a souligné le ministre, ajoutant que de meilleurs résultats pourraient être atteints. « Ces relations sont freinées par les sanctions économiques européennes et par la crise en Ukraine », a fait savoir Jean-Marc Ayrault.

L’Ukraine et les accords de Minsk

L’Europe et la Russie attendent que Kiev remplisse tous les engagements dans le cadre des accords de Minsk, ont fait savoir les ministres. Ainsi, le chef de la diplomatie française a déclaré que les autorités ukrainiennes devaient tenir les engagements assumés et mettre en place des réformes, notamment introduire des amendements à la Constitution relatifs au statut particulier du Donbass et adopter l’amendement définitif sur les élections dans cette région. Il a en outre espéré que des progrès dans ce sens seraient atteints d’ici à la fin du premier semestre de l’année en cours.

Le chef de la diplomatie russe a de son côté ajouté qu’il s’attendait à ce que le nouveau gouvernement ukrainien soit plus actif dans l’application des accords de Minsk.

« Apparemment, il n’existe pas de contradictions infranchissables entre le président ukrainien et le gouvernement du pays à ce sujet », a dit M. Lavrov pour qui un dialogue direct entre Kiev et le Donbass est une des conditions sine qua non à l’application des accords de Minsk.

Le Proche-Orient et le dossier syrien

Selon M. Ayrault, la situation en Syrie reste fragile et tout doit être fait pour que le processus politique soit relancé. Il a exprimé sa préoccupation face à la violation du régime de cessez-le-feu en Syrie et a souligné que tout devait être fait pour que le processus politique soit relancé.

Le ministre français a estimé que la Russie y avait joué un rôle clé et qu’elle pouvait contribuer à la mise en place d’une véritable période de transition dans ce pays proche-oriental.

De son côté, M. Lavrov a rappelé qu’il existait des liens historiques profonds entre la France et la Syrie et a espéré que Paris contribuerait à la préservation de l’intégrité territoriale de l’Etat syrien où les intérêts de toutes les minorités ethniques seraient pris en compte.

« Monsieur Ayrault vient de dire que la Russie a des liens historiques avec Damas. J’ose préciser que les liens historiques entre la France (et la Syrie, ndlr) ne sont pas moins profonds », a rappelé le ministre russe, avant de préciser que la structure de l’Etat syrien dans sa forme actuelle avait été formée sous le mandat français.

En évoquant les négociations de Genève, M. Lavrov a rappelé qu' »aucun groupe d’opposition pris à part n’avait le droit de représenter à lui seul les opposants au régime de Damas ».

Les ministres ont en outre évoqué la situation en Libye et en Irak. Le chef de la diplomatie russe a pointé la nécessité « que les acteurs extérieurs contribuent à ce que toutes les parties dans chacun de ces pays progressent vers une trêve nationale et vers un accord national et consolident leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme ».

La lutte contre le terrorisme

S’exprimant au sujet du terrorisme, M. Lavrov a fait remarquer que la France et la Russie avaient convenu de reprendre l’activité du groupe de travail sur la lutte contre les nouveaux défis.

« Nous continuerons à coordonner les activités sur le volet antiterroriste, y compris dans le cadre du Conseil de sécurité de l’Onu et au niveau bilatéral », a déclaré le ministre avant d’ajouter que les parties étaient parvenues à un accord de principe consistant à  » reprendre l’activité du groupe de travail sur la lutte contre les nouveaux défis ».

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire