«Plus Sarkozy parle comme Marine Le Pen, plus il renforce Marine Le Pen»



France Le livre de son ex-conseiller et ses outrances jouent en défaveur de l’ex-chef d’état qui marque le pas dans les sondages. Selon une enquête, 10% des électeurs 2012 de Nicolas Sarkozy sont passés chez Marine Le Pen depuis juin dernier.

Une semaine noire pour Nicolas Sarkozy. Plusieurs affaires du passé reviennent dans la lumière alors qu’il s’est lancé dans la course à la présidentielle 2017. Son ancien conseiller Patrick Buisson publie un livre incendiaire (en librairie jeudi). «La cause du peuple» relate des propos privés d’une rare violence et des méthodes dévastatrices pour la crédibilité du candidat Nicolas Sarkozy.

Le soupçon d’un financement libyen (quelque 6,5 millions d’euros) de sa campagne de 2007 est à nouveau relancé par les révélations de Mediapart. Deux de ses proches, deux grands flics de la Sarkozie, sont placés en garde à vue pour trafic d’influence. Et pour finir, Nicolas Sarkozy se tasse dans les sondages pour la primaire des Républicains. La dynamique s’est-elle enrayée?

Sondages en baisse

«Plus Nicolas Sarkozy parle comme Marine Le Pen, plus il renforce Marine Le Pen.» La sentence est de Pascal Perrineau. Professeur à Sciences politiques, le politologue participe à la grande enquête qualitative du Cevipof pour le Monde (18 000 personnes interrogées sur plusieurs mois).

La tonitruante entrée en campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle 2017 a effectivement fait bouger les lignes. Mais elle ne lui permet en aucun cas de l’emporter face à Alain Juppé. Si, dans un premier temps, il a réduit à 4 points son retard sur le maire de Bordeaux, il décroche à nouveau comme le montre aussi un sondage du Figaro qui donne Alain Juppé à 39% (+5) et Nicolas Sarkozy à 33% (-1).

Tout sauf Sarkozy

La primaire à droite, les 20 et 27 novembre, prend bel et bien des allures de préprésidentielle. Et la stratégie très dure et très droitière de Nicolas Sarkozy semble se retourner contre lui. Si les controverses à répétition sur le réchauffement climatique, «nos ancêtres les Gaulois» ou encore son injonction «retournez au Gabon!» lui ont permis d’occuper la scène médiatique, elles ont renforcé le front du «tout sauf Sarkozy». Et ce même au sein des Républicains. Selon Pascal Perrineau, une majorité des électeurs des challengers (François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko- Morizet) se reporterait sur Alain Juppé. Comme vient de le faire Hervé Mariton.

Sarkozy fait la campagne de Marine

Plus grave pour l’ex-chef d’état! Quelque 10% des électeurs 2012 de Nicolas Sarkozy seraient passés chez Marine Le Pen depuis juin dernier, selon l’analyse fine de l’enquête du Cevipof. Les outrances de l’ex-président de la République galvanisent ses fans mais poussent certains sympathisants républicains vers le FN. «Les gens préféreront toujours l’original à la copie, comme le disait déjà Jean-Marie Le Pen», met en exergue Pascal Perrineau.

Les outrances de Sarkozy dédiabolisent Marine Le Pen

Le siphonnage des voix se fait donc dans l’autre sens. Pour le coup, la stratégie silencieuse de Marine Le Pen porte ses fruits. Nicolas Sarkozy fait campagne pour les idées du FN tandis que la cheffe de file du FN se présidentialise en donnant des leçons de modération et de vertu sur l’état de droit. Comme elle l’a fait lors de son discours aux universités d’été du FN à Fréjus il y a quinze jours.

La vengeance de Patrick Buisson

Dans ce contexte, la publication du livre de son ex-éminence grise risque d’alimenter l’anti-sarkozysme. Patrick Buisson, figure de l’extrême droite, raconte par le menu comment Nicolas Sarkozy a manipulé ses adversaires ou voulu rencontrer Jean-Marie Le Pen lors de l’entre-deux tours de la présidentielle de 2007. Il accuse encore Nicolas Sarkozy d’avoir favorisé, en 2006 alors qu’il était ministre de l’Intérieur, les violences des jeunes des banlieues lors des manifestations anti-Dominique de Villepin. Ce dernier était son principal adversaire à droite pour la présidentielle à venir.

Casseroles, la suite…

Pour compléter cette séquence, le site Mediapart révèle que la justice a mis la main sur un carnet d’un ex-ministre de Kadhafi. Ce document mentionnerait des versements pour la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La justice enquête toujours sur le financement illégal de la campagne de 2007.

La présidentielle de 2012 sera, elle, au centre de l’enquête de France2 sur le financement illégal de sa campagne perdue en 2012 face à François Hollande, affaire pour laquelle il est mis en examen (inculpé) dans l’affaire Bygmalion.

Une autre histoire en lien avec les années Sarkozy à l’Elysée? Bernard Squarcini, ancien patron du renseignement intérieur, et Christian Flaesch, ancien patron du 36, quai des Orfèvres, sont placés en garde à vue dans une affaire de trafic d’influence…
(24 heures)

Source : www.24heures.ch / Par Xavier Alonso

Laisser un commentaire