Plusieurs morts et plus de 300 blessés dans un attentat à Kaboul



Une voiture piégée par les talibans et une fusillade ont secoué le centre de Kaboul mardi matin, faisant de nombreuses victimes lors de la première attaque des insurgés dans la capitale afghane depuis le début de leur « offensive de printemps ».

Des civils et des membres des forces afghanes de sécurité sont au nombre des victimes de l’attentat suicide à la voiture piégée suivi d’une fusillade qui ont visé le siège de la Direction nationale de la sécurité (DNS), un des principaux services de sécurité du pays.

Les rebelles islamistes ont revendiqué cet attentat-suicide à la voiture piégée, une tactique dont ils font régulièrement usage contre les forces afghanes dans l’insurrection qu’ils mènent depuis la chute de leur régime fin 2001.

​Le président afghan Ashraf Ghani a condamné « dans les termes les plus forts l’attaque terroriste de ce matin qui a fait de nombreux morts et blessés parmi nos compatriotes ». D’après le ministère de la Santé, 327 personnes ont été blessées, dont certaines « très grièvement ».

L’attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan dans le centre de la capitale. La première explosion, entendue à des kilomètres à la ronde, a été perpétrée au moyen d’une « voiture piégée conduite par un kamikaze », selon Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Puis « des combattants sont entrés à l’intérieur du complexe », selon Zabiullah Moudjahid, porte-parole habituel des Talibans, une assertion que les services de sécurité n’étaient pas en mesure de confirmer. 

Cependant des journalistes de l’AFP présents sur place ont entendu des échanges de tirs nourris à proximité du bâtiment que le NDS, les services de renseignement afghans, disent avoir occupé par le passé. De même source, le complexe serait aujourd’hui utilisé par la présidence.

Les talibans ont fréquemment recours aux attentats-suicides contre la police et l’armée afghanes, ainsi que les services de renseignement, qualifiés de « larbins » des forces étrangères déployées en Afghanistan.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire