Pour Ayrault, l’opposition modérée en Syrie commence à poser problème



Gérard Bapt, député PS et président du groupe d’amitié France-Syrie, s’est entretenu ce matin avec Jean-Marc Ayrault au sujet d’Ahrar Al-Sham et Jaysh al-Islam, deux groupes impliqués dans le récent massacre de Zara’a, mais bizarrement absents de la liste des groupes terroristes. Le député livre les résultats de cet entretien à Sputnik.

Gérard Bapt a adressé une lettre qui n’est pas encore ouverte au ministère des Affaires étrangères concernant le massacre du 12 mai de Zara’a, indiquant que les « groupes responsables n’étaient ni Daech ni Al-Nosra, mais un conglomérat parmi lesquels on trouve surtout Ahrar Al-Sham et Jaysh al-Islam, que les Occidentaux ont refusé d’inscrire lors d’une récente réunion au Conseil de sécurité de l’Onu sur la liste des organisations terroristes.

Lors d’une réunion du groupe socialiste qui a eu lieu ce matin, le président du groupe d’amitié France-Syrie a interpellé à ce sujet le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

« Il m’a répondu très honnêtement que ces groupes posaient certainement problème et que le ministre des Affaires étrangères en avait déjà parlé avec ses alliés occidentaux », a confié M. Bapt dans un entretien à Sputnik.

Lors du massacre qui a eu lieu dans la nuit du 12 mai dernier dans le village alaouite syrien d’Al-Zara, au centre du pays, les terroristes ont enlevé des femmes et tué, selon diverses informations, entre 70 et 100 civils.

Parmi les organisateurs de l’attaque figurent deux groupes armés que le Conseil de sécurité de l’Onu a récemment refusé de porter sur la liste noire des organisations terroristes. Ces groupes, Arhar al-Sham et Jaysh al-Islam, sont connus pour leurs liens avec les terroristes du groupe Etat islamique (Daech ou EI) et Al-Qaïda.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire