Pour François Hollande, l’accord UE-Turquie sur les réfugiés est « juste »



Le dirigeant français s’est dit en désaccord avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan qui tente de revenir sur les termes de l’accord.

L’accord signé entre Bruxelles et Ankara en vue de régler la crise des réfugiés en Europe prévoit que la Turquie surveille mieux ses frontières et accueille les migrants. En échange, l’UE s’engage à supprimer les visas pour les ressortissants turcs souhaitant effectuer un séjour court au sein de l’Union européenne.

Dans le même temps, la clause sur les visas est conditionnée notamment à une modification de la loi antiterroriste turque. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan refuse de changer la loi en question.

« Je ne suis pas d’accord avec les décisions que prend monsieur Erdogan. Il y a un accord qui a été passé avec la Turquie, et cet accord doit être pleinement exécuté, et toutes ses  conditions doivent être respectées », a indiqué François Hollande mardi sur les ondes d’Europe 1.

Selon le président français, l’accord de départ sur la crise des réfugiés « est juste » et « exigeant ».

« Cela va permettre à la Turquie de garder les réfugiés plutôt qu’ils ne viennent jusqu’ici. Et cela va aussi permettre que ceux qui relèvent du droit d’asile puissent venir en nombre », explique M.Hollande.

L’accord sur les migrants est dénoncé par ses détracteurs comme la défaite de l’Union européenne face au pouvoir turc qui poursuit la répression des Kurdes et de la presse d’opposition.

Pour sa part, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a récemment estimé que l’exigence de l’UE de revoir la loi antiterroriste turque pouvait être assimilée au soutien au terrorisme.

Le chef de la diplomatique turque a également souligné que son pays ne ferait aucune concession face à l’Union européenne sur ce sujet.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire