Pour se consacrer à la préparation des législatives: Le FLN reporte l’opération de restructuration



Le secrétaire général, Amar Saâdani, ne veut pas crever l’abcès pour éviter d’aller aux élections législatives en rangs dispersés.

Le parti majoritaire veut à tout prix rafler la mise. En prévision des législatives de 2017, la direction du Front de libération nationale met les bouchées doubles pour renforcer son leadership sur la scène politique. Ainsi, l’opération de renouvellement de ses structures au niveau de la base a été reportée pour l’après-2017, nous a confié une source proche du parti. Cette opération devait être lancée juste après la tenue du 10ème congrès qui a eu lieu en mai 2015. Notre source justifie ce report par le souci de la direction de préparer à tête reposée les élections législatives et locales. «Vu que le nombre des mouhafadas et des kasmas a été revu à la hausse, l’opération de renouvellement des structures risque de prendre beaucoup de temps», soutient notre source.

Un autre élément semble avoir convaincu la direction à reporter son chantier. Le renouvellement des structures ne s’est jamais déroulé sans tracas au sein du FLN. Des frondes et des dissidences ont toujours marqué le processus de renouvellement allant jusqu’à prendre en otage les structures du parti. Sachant que beaucoup de structures sont occupées par ses adversaires, le secrétaire général Amar Saâdani ne veut pas crever l’abcès pour éviter d’aller aux élections en rangs dispersés. Il y a lieu de rappeler que la création de nouvelles mouhafadhas a soulevé une tension sans précédent.

Beaucoup de responsables se sont opposés à cette opération. Les séquelles du scénario de 2012 sont encore présentes. L’ancienne direction de Belkhadem a été vivement contestée suite à l’opération de renouvellement des structures. Saâdani ne veut pas refaire la même erreur à la veille des élections. L’homme fort du FLN insiste dans chaque sortie sur la mobilisation pour le rendez-vous des législatives et des locales en 2017.

Lors de son dernier meeting à Maghnia, le chef de file de la première force politique avait mis l’accent sur les élections locales et les législatives. Faisant allusion aux incidents qui ont l’habitude d’émailler les rangs du FLN à l’approche de tels rendez-vous, où la course à l’occupation des postes fait souvent rage entre les jeunes et les caciques, Saâdani a été très clair dans son discours. Il a appelé les mouhafedhs à ouvrir les portes aux jeunes militants. Pour lui, si le parti veut maintenir sa position sur l’échiquier politique national, un objectif pour lequel il a consacré une bonne partie de son discours, il faudrait bannir toute forme d’exclusion et de marginalisation des jeunes et des élites. «Ouvrez les portes du parti aux compétences et à toutes les franges de la société…», a-t-il demandé aux responsables des mouhafadhas. M.Saâdani est allé loin en appelant à faire sauter les verrous des sections locales du FLN, à la tête desquelles règnent souvent les hiérarques, parmi les adeptes de l’expression: «Après moi le déluge.»

Sa direction a lancé une campagne de recrutement auprès des citoyens pour atteindre le 1 million de militants avant les prochaines échéances. Saâdani veut également en finir avec les anciennes pratiques de l’achat des voix dans la course aux élections. Evoquant les puissances de l’argent et leur influence dans le champ politique, il soutient que «le temps de la ‘chkara » est terminé» soulignant que «plus personne ne pourra spolier la volonté populaire dans le choix des élus».

Lexpressiondz.com

Laisser un commentaire