Préparation de l’après Bouteflika : Mouloud Hamrouche pose ses conditions



Mouloud Hamrouche pose ses conditions pour prendre part à la préparation de l’après Bouteflika, mais dément tout contact avec des cercles au pouvoir au sujet de cette question. « Je n’ai aucun rôle et je ne cherche à jouer aucun rôle », tranche Hamrouche. « Et d’ailleurs qui propose ce rôle ? Qui le délègue ? Où commence-t-il ? Où se termine-t-il ? », s’interroge-t-il, en estimant que « l’Algérie a besoin d’une démocratie réelle ».

L’ancien chef du gouvernement répondait ainsi à une question de TSA, à l’issue d’une conférence qu’il a animée ce, samedi 12 mars, à Sétif sur « les libertés et le développement durable ».

Mouloud Hamrouche est donc hostile à la nomination du futur président par des cercles au pouvoir, dans l’opacité totale et se dit prêt à prendre part à la préparation de l’après Bouteflika dans un processus démocratique. « C’est dans ce sens que je suis prêt à contribuer entièrement avec toutes les forces et tous les moyens », a-t-il dit.

Sur la nouvelle Constitution, Mouloud Hamrouche estime qu’elle est moins importante que celle de 1989. » « Je n’ai jamais commenté la Constitution. Je n’ai pas pris part aux consultations. J’ai été invité à participer à l’enrichissement du débat, mais j’ai refusé. Sur le plan moral, je n’ai pas à commencer la nouvelle Constitution qui est moins importante que celle de 1989. « 

Sur sa participation au prochain congrès de l’opposition à Mazafran, il n’a pas voulu faire de commentaire. « Je n’ai rien à dire ».

Source : tsa-algerie.com / Achira Mammeri

Laisser un commentaire