Presse: le «chemin inquiétant» d’Erdogan



Turquie/Etats-UnisBarack Obama a dénoncé les actions du président turc contre la liberté de la presse.

Le président américain Barack Obama a dénoncé vendredi en des termes forts «le chemin très inquiétant» pris par son homologue turc et allié Recep Tayyip Erdogan en matière de liberté de la presse en Turquie.

«Il n’y a aucun doute sur le fait que le président Erdogan a été élu plusieurs fois selon un processus démocratique mais je pense que l’approche qu’ils ont adoptée vis-à-vis de la presse pourrait conduire la Turquie sur un chemin qui serait très inquiétant», a condamné Barack Obama, qui avait rencontré son homologue turc jeudi soir à Washington.

Les autorités turques sont accusées de dérive autoritaire et notamment de museler la presse d’opposition, en particulier avec la récente mise sous tutelle du quotidien Zaman.

Alliés au sein de l’Otan

«Je crois fortement en la liberté de la presse. Je crois fortement en la liberté de religion. Je crois fortement en l’Etat de droit et la démocratie», a martelé le président américain.

«Ce n’est pas un secret qu’il y a certaines dynamiques en Turquie qui m’inquiètent», a expliqué Barack Obama lors d’une conférence de presse à l’issue d’un sommet sur la sûreté nucléaire à Washington, précisant avoir fait part de ses inquiétudes «directement» à son homologue turc.

Alliés au sein de l’Otan, les relations entre les Etats-Unis et la Turquie se sont tendues ces derniers mois, sur plusieurs sujets dont la liberté de la presse et d’expression mais aussi sur le dossier syrien, notamment depuis qu’Ankara a attaqué des combattants kurdes soutenus par Washington dans le cadre de sa lutte contre le groupe Etat islamique.

Heurts à Washington

«Comme c’est le cas avec de nombreux amis et partenaires, nous travaillons avec eux (la Turquie, Ndlr), nous coopérons avec eux, nous apprécions leurs efforts et il y aura des différends. Là où il y a des différends, nous les exprimerons, et c’est ce que j’ai essayé de faire ici», a expliqué le président américain.

Une intervention jeudi de Recep Tayyip Erdogan devant le cercle de réflexion Brookings à Washington avait été précédée par des heurts entre les services de sécurité turcs et des journalistes et des manifestants, qui ont échangé coups et insultes avant que la police n’intervienne. (afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire