Presse sous pression: en Turquie, rien de nouveau



Les attaques contre la presse d’opposition se poursuivent en Turquie. La pression est surtout exercée contre les médias pro-kurdes. Ainsi, le journal Ozgür Gündem est dans le viseur des autorités turques. Les représentants de la société civile turque solidaires avec la presse pro-kurde sont également menacés.

Le journal pro-kurde Ozgür Gündem est actuellement dans une situation très difficile. La campagne de solidarité avec la presse pro-kurde lancée par les représentants de la société civile turque, en particulier par des journalistes, a été chargée d’attirer l’attention sur la situation catastrophique de la liberté de la presse dans le pays.

37 personnes ont été finalement traduites en justice et trois d’entre elles ont été arrêtées sous l’accusation de propagande terroriste. Parmi ces dernières figure Erol Onderoglu, représentant de l’organisation internationale Reporters sans frontières en Turquie.

La situation autour de ce processus est évoquée par Ihsan Eliacik, écrivain et participant de la campagne, dans un entretien accordé à Sputnik. M.Eliacik a été également obligé de se justifier devant le parquet turc.

« Ils choisissent des publications particulières depuis des numéros différents du journal et posent ainsi des questions. Moi, je préparais le numéro du journal du 26 mai avec mes collègues de la rédaction. Ils me posaient des questions surtout sur les éléments qui concernaient les affrontements dans le sud-est du pays », raconte l’interlocuteur de Sputnik.

M.Eliacik souligne que cette poursuite judiciaire n’a aucune base légale, elle est chargée de faire peur à l’opposition en Turquie. Ainsi, il semble que la situation avec les médias d’opposition dans le pays devienne de plus en plus compliquée.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire