Production de blé: l’Etat a pris toutes les dispositions nécessaires pour satisfaire les besoins du pays



L’Etat a pris toutes les dispositions nécessaires pour satisfaire les besoins du pays en matière de blé en cas de régression de la production nationale, a assuré samedi le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum lors de sa visite de travail dans la wilaya de Bouira.

« En cas de régression de la production nationale en matière de blé, l’Etat a pris les mesures nécessaires pour importer du blé de façon à satisfaire les besoins des citoyens », a affirmé M. Chelgoum lors d’un point de presse tenu en marge de sa visite à Dirah (sud de Bouira), où il a procédé au lancement d’une campagne de lutte contre les incendies.

Cette année, la production agricole et les céréales en particulier, a été affectée par le manque de la pluviométrie et la sécheresse dans certaines régions du pays, c’est pour cela que nous attendions à une légère baisse de la production en matière de céréales », a estimé le ministre qui a procédé au lancement de la campagne moisson-battage dans la commune d’Ain Bessam (ouest de Bouira).

« C’est sûr qu’i y ‘aurait une légère baisse de la production de céréales », a souligné le même responsable sans donner aucun chiffre sur cette question.

D’ailleurs, il a appelé les agriculteurs à multiplier leurs efforts en vue d’augmenter la production du blé à Bouira, où la production actuelle est estimée à 35 quintaux à l’hectare au niveau du plateau d’El-Asnam, où un système d’irrigation à partir du barrage de Tilesdit a été mis en service il y’a deux mois.

« 35 quintaux à l’hectare c’est très peu, il faut travailler davantage pour augmenter la production d’autant plus que le plateau d’El-Asnam et la wilaya de Bouira dispose de tous les moyens nécessaires notamment en matière d’eau grâce à trois importants barrages, à savoir celui de Koudiet Acerdoune, Tilesdit et Sed Lekhal à Ain Bessam ».

Selon les prévisions affichées par le ministère dans son rapport remis à la presse, la production céréalière pour cette année 2015-2016 sera de 1.24 million de quintaux, dont 739 361 quintaux blé dur et 214 043 quintaux blé tendre.

Le ministre a appelé les différents partenaires concernés pour qu’il œuvrent de façon à répondre aux aspirations des pouvoirs publics qui continuent de soutenir et d’octroyer des soutiens allant de 40 à 60 % au profit de tout investisseur intéressé par la réalisation des projets d’irrigation agricole d’appoint en vue de booster la production céréalière et réduite la facture des importations.

Au niveau de la ferme pilote Haichour Ali, où il a donné le coup d’envoi de la campagne moisson-battage 2015-2016, le ministre a demandé aux responsables locaux du secteur agricoles de transmettre au ministère de tutelle toutes les fiches des fermes pilotes de céréales que compte Bouira pour pouvoir revoir le mode leur gestion, tout en incitant les parties concernées à lui faire des propositions dans ce cadre.

En visitant les coopératives de céréales et légumes secs (CCLS) d’Ain Bessam et de Bouira, le ministre a mis l’accent sur l’importance de renforcer les structures de stockage de céréales à travers la wilaya de Bouira ainsi que tout le territoire nationale, tout en appelant les responsables des CCLS d’aller vers l’agriculteur pour la collecte des céréales.

Pomme de terre: appel à l’augmentation de la production et à une irrigation rationnelle

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum, a insisté samedi auprès des agriculteurs du plateau d’El-Asnam à Bouira pour augmenter la production de la pomme de terre et utiliser « rationnellement » le système d’irrigation mis en place il y a deux mois.

Actuellement, la production de la pomme de terre au niveau de ce plateau d’El-Asnam est évaluée à 300 quintaux à l’hectare. « Ce taux est très insuffisant et la production doit être à 500 qx/ha. Vous avez tous les moyens et les superficies nécessaires pour le faire », a lancé le ministre à l’adresse des agriculteurs et responsables du secteur à Bouira.

Au cours de sa visite, M. Chelghoum a plaidé pour la formation et l’encadrement permanents des agriculteurs en vue de fructifier les efforts consentis par l’Etat pour booster le secteur dans cette région à vocation agricole.

« Ce développement passe inévitablement par le renforcement des structures de stockage et de conditionnement, ainsi que par la hausse de la production en vue d’œuvrer par la suite à exporter les produits agricoles », a-t-il insisté.

Avec la mise en service du système d’irrigation, la production de la pomme de terre au périmètre d’El-Asnam devra connaître une augmentation durant les prochaines saisons agricoles, selon les prévisions des agriculteurs de cette région.

Le ministre a saisi cette occasion pour appeler ces derniers à une utilisation rationnelle du système d’irrigation en place notamment durant la période d’été, ainsi qu’à la généralisation du système goûte à goûte, signalant que « 60% des eaux d’irrigation utilisées durant la période de grande chaleur s’évaporent ».

« L’irrigation doit être très tôt le matin et pendant la nuit notamment en période des grande chaleurs en été pour éviter la perte d’eau », a-t-il recommandé.

Dans un rapport remis à la presse à l’occasion de cette visite, le ministère a réitéré l’engagement de son département à développer le système d’irrigation par le recours aux irrigations d’appoint. Dans ce cadre, l’Algérie ambitionne d’augmenter les superficies céréalières menées à l’irrigué. Ces dernières sont estimées actuellement à 200 000 hectares.

M. Chelgoum s’est, par la suite, rendu au complexe avicole centre (ORAC) d’El-Asnam où il a exhorté les responsables concernés de procéder d’ici à septembre prochain, à la modernisation et réhabilitation du complexe, dont une opération allant dans ce sens avait été inscrite depuis 2012.

Sur site, le ministre a interpellé les responsables de cette entreprise publique à propos des prix jugés élevés du poulet congelé dans certaines wilayas comme Alger, où le kilogramme de poulet congelé est, selon lui, cédé à 275 dinars.

Il a, sur place, instruit les parties concernées à œuvrer de façon à préserver le pouvoir d’achat du citoyen notamment en ce mois de Ramadan. « Vous êtes tenus de réguler les prix et de protéger le pouvoir d’achat du citoyen », a-t-il dit aux responsables de l’ORAC, ainsi qu’à ceux de l’Office national des aliments de bétail (ONAB).

Le ministre s’est également rendu à El-Hachimia où il a visité un projet de réalisation d’un complexe avicole de 455 000 poules pondeuses équipé d’un matériel moderne. M. Chelghoum a loué les efforts de l’investisseur privé qu’il a appelé à investir également dans d’autres créneaux comme la récupération de la fiente pour son utilisation dans les engrais.

L’entreprise Bali Groupe en charge du projet compte, selon ses responsables, réaliser quatre unité de récupération de la fiente à travers certaines wilayas du pays.

Selon des données communiquées à l’occasion de cette visite ministérielle, la wilaya de Bouira occuperait la deuxième place concernant la viande blanche avec une production de 499 000 quintaux, ce qui représente 10% de la production nationale, dont l’objectif est d’atteindre les 657 000 quintaux en 2019.

Laisser un commentaire