Projets du secteur de la santé à Bouira Les entreprises réalisatrices sommées de respecter les délais



Les autorités locales de la wilaya de Bouira ont enjoint, lundi dernier, les entreprises réalisatrices de projets dépendant du secteur de la santé d’accélérer la cadence des travaux en vue de réceptionner certaines infrastructures accusant retard, dont le service des urgences médicales de l’hôpital de Sour El-Ghozlane en réhabilitation.

Au cours d’une visite d’inspection de quelques chantiers à travers la wilaya, le wali Nacer Maskri s’est enquis de la situation des différents projets, notamment la réhabilitation des urgences médico-chirurgicales (UMC) des hôpitaux de Lakhdaria et de Sour El-Ghozlane. Pour le service des urgences de l’établissement public hospitalier (EPH) de Sour El-Ghozlane (sud), sa réouverture était prévue initialement en décembre 2015, mais la structure a connu un retard dans la réalisation des travaux de réhabilitation dû à des contraintes multiples, notamment techniques et administratives, mais aussi à la lenteur des entreprises.

Le projet du service des urgences de l’EPH avait été inscrit depuis 2006 pour une enveloppe de 430 millions de dinars, selon sa fiche technique présentée au chef de l’exécutif de la wilaya. Sur place, Maskri a pressé les responsables du projet pour qu’ils accélèrent le rythme des travaux afin d’ouvrir cette structure aux malades. Le wali a visité également le chantier d’extension de l’EPH qui devra atteindre, une fois réceptionné, une capacité de 400 lits. Là aussi, il a sommé les entreprises concernées par sa construction de consentir davantage d’efforts en vue de mettre en service ces structures le plus tôt possible.

S’agissant du service des urgences médico-chirurgicales de l’EPH de Lakhdaria, réceptionné il y a juste une semaine de cela après cinq ans de travaux, Ghanem Houcine, responsable à la Direction locale de la santé, a expliqué, à l’APS, que le service des UMC de Lakhdaria est « maintenant achevé et mis en service il y a une semaine. Il est équipé et composé de trois salles opératoires et d’un bloc de chirurgie ». Inscrit dans le cadre du plan sectoriel de développement (PSD) de la Direction de la santé et de la population (DSP), cette structure avait connu plusieurs périodes d’arrêt depuis 2008 pour des raisons techniques et administratives.

Les travaux de réalisation n’ont été relancés que vers la fin de l’année 2015, a ajouté Ghanem. Actuellement, les travaux de la structure « ont été entièrement finalisés et le matériel médical installé avec succès », a assuré Badaoui Ali, directeur de l’EPH de Lakhdaria, ajoutant, toutefois, qu’« il ne reste que quelques retouches » à apporter. Selon les explications données sur place, des simulations seront menées dans quelques semaines par les médecins en vue de pouvoir mettre en service ce bloc. Le wali a inspecté aussi les projets de réalisation de deux hôpitaux au niveau de la commune d’Aïn Bessam (ouest) ainsi qu’à M’chedallah (est), où les travaux sont toujours en cours. A M’chedallah, les travaux de réalisation d’un hôpital d’une capacité de 120 lits accusent un retard, ce qui a poussé le wali à mettre en demeure l’entreprise réalisatrice pour qu’elle accélère davantage la cadence des travaux de réalisation. Pour ce qui est du nouvel hôpital d’Aïn Bessam, ayant une capacité de 120 lits, son étude a été finalisée, et les travaux ont été lancés récemment avec pour objectif de le réceptionner dans un délai de 24 mois, d’après la fiche technique du projet présentée au wali. Le taux d’avancement est jugé « acceptable », a-t-on relevé.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Horizons-dz.com

Laisser un commentaire