Que font des membres du comité de soutien aux mandats de Bouteflika au MAK ?



La trahison a toujours empêché le combat des kabyles d’aboutir sur  la liberté. C’était comme ça depuis des temps immémoriaux. En 1963, en 1980 et en 2001, la Kabylie était sur le point d’arracher d’importants acquis, mais ils ont été vite remis en cause à cause de la trahison. Inutile de revenir sur les détails,  tout le monde connait l’histoire contemporaine de la Kabylie.

Aujourd’hui encore, on voit  certains militants, ils ne sont pas nombreux certes,  se réclamer du MAK alors qu’ils mènent des campagnes électorales au profit de Bouteflika. On se demande ce qu’ils  font ces fervents du Bouteflikisme au sein du MAK ? Certains ont été identifiés par des militants authentiques au sein du MAK, mais ils existent certainement, et malheureusement,  d’autres « caméléons politiques ». A vrai dire, ces opportunistes ne portent pas un important préjudice pour le MAK. Ils se contentent de faire des  rapports aux services de sécurité, mais le MAK n’a rien à cacher. Son combat et noble et juste.

Certains de ces opportunistes qui tentent d’infiltrer le MAK  sont des proches d’El Hadi Ould Ali d’autres d’Amara Benyounès et d’autres justes de simples indicateurs de police et de la gendarmerie.  Si pour le moment aucun de ses opportunistes n’est aux commandes du MAK, le risque n’est pas écarté. Les dirigeants du MAK doivent, en principe, être les premiers à les dénoncer et les écarter. Les kabyles ne doivent pas, eux aussi, oublier que les traitres sont plus dangereux que les ennemis.

Lounès B pour Tamurt

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire