Rabais spéciaux JO 2016: les filles de joie espèrent toucher gros



Pour stimuler la demande à la veille des Jeux olympiques 2016 qui se tiennent à Rio de Janeiro, les tapineuses brésiliennes offrent aux clients des tarifs réduits.

Un mois avant les JO, les prostituées brésiliennes ont préparé des dépliants en anglais pour inviter les touristes au quartier chaud situé à proximité du centre-ville de Rio, leur proposant des offres à prix réduits. Les brochures indiquent aussi les prix avant réduction. Près de 3.000 tapineuses travaillent dans plus de 70 bars et boîtes de nuit dans le quartier de Vila Mimosa.

Les prostituées brésiliennes craignent de voir l’échec de la Coupe du monde de football se reproduire, rapporte le Daily Mail. Certaines d’entre elles ont même commencé à apprendre l’anglais pour attirer plus de clients, mais le quartier a été presque vide pendant le championnat à cause de sa réputation dangereuse: les touristes avaient peur d’y entrer.

« Nous attendions beaucoup de la Coupe du monde, car tout le monde nous disait que la demande serait énorme. Nous avons toutes pensé que nous ferions une fortune », déplore Aline Docinha, tapineuse de 39 ans.

La prostituée raconte que même leurs clients brésiliens réguliers ne se présentaient pas, « ils étaient trop occupés à regarder le football ».

« Il y a des femmes ici pour tous les goûts, noires, blanches, potelées, mature, tout ce que vous aimez. Vous pouvez vous promener et prendre tout votre temps, jusqu’à ce que vous trouviez celle que vous aimez le plus », invite-t-elle.

La cause principale de cette action est de faire sortir les prostituées de la pauvreté, relève Gabriela Alvez, qui a travaillé pendant 12 ans dans le quartier. Elle a une fille de 22 ans et deux grands-enfants à charge et a désespérément besoin d’argent supplémentaire pour payer les factures.

Bien que la prostitution soit légale au Brésil, la possession d’une maison close, elle, ne l’est pas, et chaque établissement est officiellement inscrit comme une entreprise légitime — un bar ou un club de billard.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire