Raouraoua devrait retrouver son poste à la FIFA, en 2017



A en croire une source autorisée de la Fédération algérienne de football, le président de l’instance, Mohamed Raouraoua, devrait retrouver son poste de membre du comité exécutif de la Fédération internationale de football, un poste qu’il avait déjà occupé pendant quatre ans entre 2011 et 2015. Mohamed Raouraoua avait été élu au cours de l’assemblé générale de la Confédération africaine de football à Khartoum, à l’occasion du CHAN 2011 qui a eu lieu au Soudan. Mais depuis 2015, Raouraoua n’est plus membre de l’exécutif de la FIFA. Il a cédé sa place au Tunisien Tarek Bouchamaoui. D’après notre source, Mohamed Raouraoua a déjà entamé le travail et les préparatifs nécessaires pour son retour à l’exécutif de la FIFA, sachant surtout que le nouveau président de la plus haute instance du football mondial, Gianni Infantino, envisage d’augmenter le nombre de représentants africains à l’exécutif à sept, soit trois places de plus. Du coup, les portes s’ouvrent pour le retour d’El hadj à la FIFA, lui qui entretient d’excellents rapports avec les décideurs de cette instance, que ce soit les anciens ou les nouveaux.
Il jouit du soutien de plusieurs pays du continent
Mohamed Raouraoua jouit aussi du soutien de plusieurs fédérations africaines. Selon notre source, plus de la moitié de celles-ci cautionnent Mohamed Raouraoua, qui les avait défendues à maintes reprises, sans oublier le fait de leur avoir permis de bénéficier des joueurs au double nationalité, lors du congrès du Bahamas en 2009. Un projet qui lui a permis de gagner des points et de l’estime surtout de la majorité des fédérations africaines, pour ne pas dire les cinquante-quatre associations membres, car Raouraoua avait défendu toutes les causes du continent et non seulement celles de l’Algérie. Du coup, lors des prochaines élections, on s’attend à ce que El hadj soit élu à l’unanimité, comme cela a été le cas lors des élections de Khartoum.
Son retrait en 2015 était stratégique
Pour revenir à l’histoire de son retrait en 2015 en évitant de présenter sa candidature, Mohamed Raouraoua avait des objectifs personnels. Tout d’abord, il voulait éviter tout conflit avec le Tunisien Tarek Bouchamaoui qui voulait coute que coute siéger à la FIFA en usant de toutes les pratiques, y compris un travail de coulisses, pour empêcher l’Algérie d’organiser la CAN-2017. Bref, face à cette situation, le président de la FAF refusait de se présenter aux élections, surtout que le courant ne passait pas avec le président de la CAF, le Camerounais Issa Hayatou. En plus de ça, il ne s’agissait que d’un mandat de deux ans. Ce qui l’a dissuadé de rentrer en guerre avec Bouchamaoui. Il s’agit donc d’une question stratégique et le retour de Mohamed Raouraoua à la FIFA n’est qu’une question de temps, alors que le Tunisien Tarek Bouchamaoui risque quant à lui de quitter l’instance.

Lebuteur

Laisser un commentaire