Raqqa: la vie dans la capitale du terrorisme



Deux femmes syriennes ont tourné un film sur la vie dans cette ville tenue par Daech.

Deux femmes syriennes ont réalisé un film en caméra cachée sur la vie à Raqqa, bastion de Daech, annonce la chaîne américaine CNN. Le sujet a été diffusé par la société suédoise de télévision Expressen TV qui l’a sous-titré et a masqué les voix des femmes. D’après les représentants d’Expressen TV, la vidéo a été réalisée en févier 2016.

Les femmes ont filmé les débris de la mosquée Uwais al-Qarni, appréciée tant par les sunnites que par les chiites et détruite par les terroristes. Une église arménienne à l’architecture exceptionnelle a été transformée par Daech en quartier-général de la « police de charia ».

Tout au long de la vidéo, les femmes se souviennent des violences dont elles ont été les témoins, notamment d’un jeune homme décapité. « Des bourreaux habillé en noir l’ont tué, décapité et ont mis sa tête sur un pic à un rond-point », rappelle l’une des femmes. « Ils ont jeté son corps sur une route, laissant les voitures l’estropier ».

La vidéo montre également d’anciens quartiers de luxe à Raqqa, auparavant populaires parmi les Syriens aisés. Actuellement, ces quartiers sont occupés par des rebelles étrangers et leurs familles. « Ils viennent de Kazakhstan, d’Afghanistan, de France, mais la plupart d’eux sont originaires d’Arabie saoudite », annonce la vidéo documentaire.

Cinq ans après le début de la guerre civile en Syrie, la ville de Raqqa, capitale du « califat autoproclamé », a connu d’importants changements. Les femmes montrent une ville abandonnée avec peu de passants et un petit nombre d’hommes armés. D’après les femmes, le groupe terroriste a introduit des lois sévères dans une ville, qui auparavant était considérée comme la plus libérale en Syrie. 

La Syrie est le théâtre d’un conflit armé depuis mars 2011. Selon l’Onu, dont les dernières statistiques remontent à 18 mois faute de données, cette guerre a déjà fait plus de 250.000 morts et poussé des millions de personnes à l’exil. Les troupes gouvernementales syriennes combattent les groupes terroristes dont les plus dangereux sont l’Etat islamique (EI, Daech) et le Front al-Nosra.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire