Renforcement de l’Otan en Europe de l’Est: Washington réduira sa participation



Les Etats-Unis déploieront en Europe de l’Est un seul bataillon au lieu des deux initialement prévus, informe le Wall Street Journal se référant à des sources au sein de l’alliance et à des responsables américains ayant requis l’anonymat.

Examinant le renforcement de la présence de l’Alliance atlantique en Europe de l’Est, il avait été prévu de dépêcher 4.000 hommes dans la région de la Baltique, soit quatre bataillons, dont deux américains, un allemand et un britannique à être déployés sur la base du principe de rotation en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie. Or, au cours de ces derniers jours, notamment lors de la rencontre des chefs de la diplomatie des pays membres de l’Otan à Bruxelles, les représentants américains ont déclaré que le quatrième bataillon devrait être envoyé par un pays européen, précise le journal.

En février 2016, le secrétaire général de l’alliance Jens Stoltenberg avait déclaré que les ministres de la Défense des 28 pays membres de l’Otan, réunis à Bruxelles, avaient approuvé l’initiative de renforcer la présence militaire de l’organisation dans l’est de l’Europe, en Méditerranée orientale et dans la région de la mer Noire. Il a en outre fait savoir que les décisions concrètes relatives à ce renforcement seraient adoptées lors du prochain sommet de l’Otan prévu en juillet prochain à Varsovie, en Pologne.

Sur fond de crise politique en Ukraine, une nette augmentation de l’activité des forces armées de l’Otan et des Etats-Unis a été constatée près des frontières russes. Moscou perçoit ces démarches de l’Occident comme une tentative de provoquer une nouvelle guerre froide.

Pour sa part, la Russie a déclaré à maintes reprises qu’elle considérait le rapprochement des troupes de l’Otan de ses frontières comme une menace pour sa sécurité. L’ambassadeur russe auprès de l’alliance Alexandre Grouchko a indiqué le 9 octobre que Moscou ferait tout ce qui est nécessaire pour préserver l’équilibre des forces militaires en Europe, mais qu’il n’aspirait nullement à une nouvelle course aux armements.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire