Réseaux sociaux et internet: des vecteurs de communication exploités par les terroristes



ALGER – Les réseaux sociaux et internet constituent aujourd’hui des vecteurs de communication ‘‘abondamment’‘ exploités par les groupes terroristes dans la propagation de leurs discours et idéologies extrémistes, selon une note de conception du ministère des Affaires étrangères rendue publique mercredi à Alger.

‘‘Les réseaux sociaux et internet constituent aujourd’hui des vecteurs de communication abondamment exploités par les groupes terroristes dans la propagation de leur discours et idéologies extrémistes ainsi que dans leurs activités de radicalisation et de recrutement’‘, selon cette note de conception élaborée à l’occasion d’un atelier international sur le rôle de l’internet et des réseaux sociaux dans la prévention et la lutte contre la radicalisation et le cyber-terrorisme.

L’atelier, qui s’étalera jusqu’à jeudi, et qui se poursuit actuellement à huit clos, réunit des hauts fonctionnaires et des experts, notamment dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, de la justice, de la police, des différents services de sécurité, du culte, des médias, de l’éducation et de la recherche scientifique (gestion et contrôle des réseaux Internet) engagés en matière de lutte contre le cyber-terrorisme.

Pour le MAE, internet est aujourd’hui une ‘‘tribune mondiale’‘ du discours de l’extrémisme violent et un instrument ‘‘largement exploité’‘ par le terrorisme.

‘‘C’est tout autant un support que la cybercriminalité sous toutes ses formes, dont celle servant les objectifs et intérêts des groupes terroristes dans leur diversité, a fortement investi et utilisé pour réaliser plus facilement et plus rapidement les objectifs criminels poursuivis par ces groupes’‘, selon la note.

Selon le même document, cette ‘‘réalité interpelle au quotidien nos pays séparément et la communauté internationale dans son ensemble en ce qu’elle constitue une menace sérieuse à la sécurité collective et l’un des principaux défis à relever dans la lutte commune contre le terrorisme’‘.

‘‘Nul doute que la prise de conscience autour de l’urgence à prendre en charge cette question a conduit nombre de nos pays et la communauté internationale, notamment à travers l’ONU et les organisations régionales, à adopter des stratégies, des normes et des mesures concrètes pour répondre à cette menace commune’‘, selon la même source.

Selon le même document, cet effort nécessite d’être ‘‘poursuivi, approfondi et élargi’‘ avec l’objectif de parvenir à ‘‘priver les groupes terroristes de l’usage d’internet et de rendre cet instrument stratégique à sa vocation première, celle de servir le progrès de la connaissance, le rapprochement entre les peuples et la coopération entre les pays’‘.

Dans sa lutte contre le terrorisme, l’Algérie est, à l’image des autres nations,  »très préoccupée par l’ampleur prise par cette utilisation criminelle d’internet et des réseaux sociaux. C’est une dimension qu’elle intègre pleinement dans sa stratégie globale de lutte contre le terrorisme et au titre de laquelle un certain nombre de mesures légales préventives et coercitives ont déjà été prises’‘, selon la même source.

Cet atelier abordera plusieurs thèmes, notamment le cyber-terrorisme sur internet et les réseaux sociaux, état des lieux, menaces et défis, les instruments juridiques et coopération internationale dans la prévention et la lutte contre le cyber-terrorisme, portée et limites, et l’engagement et responsabilité des fournisseurs des services d’internet dans la prévention et la lutte contre le cyber-terrorisme, règles et normes.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire