Retrait du Maroc et des pays du Golfe du sommet afro-arabe : entretien avec Abdelkader Messahel



Ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel a représenté le président de la République au 4e sommet afro-arabe qui s’est tenu mercredi et jeudi en Guinée équatoriale. Dans cet entretien, il réagit pour la première fois au sujet du retrait du Maroc et des pays du Golfe du sommet afro-arabe à cause de la présence du Sahara occidental.


Quel impact a eu le retrait du Maroc et des autres pays du Golfe sur le 4e sommet afro-arabe ?

Ce retrait n’a pas eu d’impact sur le sommet afro-arabe. À l’occasion de ce sommet, l’Afrique a démontré de la manière la plus unanime que les principes et fondements de son union ne sont pas négociables quel que soit le partenaire. Elle a également démontré sa maturité, sa cohésion et son unité quand il s’agit de défendre les idéaux autour desquels elle s’est construite. La preuve est que tous les pays membres de l’Union africaine ont pris part à ce Forum. Il faut également noter que les deux tiers des pays membres de la Ligue arabe ont participé à ce sommet. L’Afrique a aussi montré qu’elle est consciente des grands enjeux et qu’il faut, plus que jamais, compter avec elle comme un seul bloc.

Est-ce qu’on peut finalement parler d’un sommet Afrique-Monde arabe en l’absence des pays comme l’Arabie saoudite ou le Qatar ? 

Contrairement aux partenariats qui existent entre l’Afrique et la Chine, l’Inde, les États-Unis et l’Europe où il y a de grands projets et de grands investissements, le partenariat arabo-africain manque de projets concrets. C’est pour cette raison que le plan d’action soumis (par la Ligue arabe au cours de ce sommet) a été renvoyé pour examen.

Ce retrait aurait-il des conséquences sur l’adhésion du Maroc à l’Union africaine ?

L’Afrique a démontré, à travers cette position unanime, qu’on ne touche pas aux fondements de cette organisation. La République arabe sahraouie démocratique (RASD) est un membre fondateur de l’Union africaine. Et aucune adhésion ne peut se faire au détriment du principe fondateur de l’Union africaine. Je crois que tout le monde a bien reçu le message et tout le monde doit bien en tirer les conséquences. Le Maroc a demandé le retrait de la RASD avant de demander le report du sommet. Il ne l’a pas obtenu. Dans ce forum qui regroupe une soixantaine de pays, sept se sont retiré. Mais 54 pays africains et les deux tiers de la Ligue arabe étaient présents.

Sur le même sujet :
  • Abdelaziz Rahabi : « Le Maroc inscrit son action dans le cadre des stratégies diplomatiques de la France et des pays du Golfe »
  • Retrait du Maroc du Sommet afro-arabe : l’Union africaine réaffirme son soutien au Sahara occidental
  • Le jeu dangereux du Maroc en Afrique
  • L’Afrique, nouveau terrain de bataille entre l’Algérie et le Maroc

Source : tsa-algerie.com / Hadjer Guenanfa

Laisser un commentaire