Rompuy: le Brexit peut-être la fin du Royaume-Uni



Le scrutin historique a mis à la surface les anciennes fractures de la société britannique et ravivé les aspirations indépendantistes de ses régions. L’ex-dirigeant européen Van Rompuy va même jusqu’à évoquer une éventuelle dislocation.

La Grande Bretagne est loin d’être unie dans son choix de quitter l’UE: l’Angleterre et le Pays de Galle ont voté contre l’UE alors que l’Ecosse et l’Irlande du Nord se sont prononcées en faveur du maintien.

Réagissant aux résultats du scrutin, l’ex-président du Conseil européen Herman Van Rompuy a émis la crainte que le Brexit pourrait déboucher sur une dislocation du pays, ajoutant que les Britanniques doivent assumer les conséquences de leur choix.

« C’est peut-être la fin du Royaume-Uni. Triste parce que je suis un Européen depuis mes 15 ans. Ce n’est pas la fin de l’Union européenne, mais je ressens quelque chose de l’ordre de l’amputation », a indiqué M. Van Rompuy dans une interview à la chaîne Canvas.

Les craintes ne sont pas pour autant sans fondement. Hier, les opposants au Brexit ont adressé une pétition au maire de Londres Sadiq Khan afin qu’il proclame l’indépendance de la capitale britannique, et aujourd’hui les autorités écossaises ont annoncé qu’elles préparaient une base législative pour tenir un référendum d’indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni.

Les Britanniques ont voté jeudi à 51,9% des voix en faveur d’une sortie de l’Union européenne, contre 48,1% de votants favorables au maintien, selon les résultats définitifs publiés vendredi par la commission électorale britannique. Quant aux Ecossais, 62% d’entre eux ont voté pour le maintien de leur pays au sein de l’UE contre seulement 38% pour la sortie de l’UE.

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire