Roulement de tambours au FLN : Bouteflika étrangement épargné !



Au FLN, on continue de sortir les poubelles. Les différents clans nous promettent même des réjouissances bruyantes tout en épargnant le président d’honneur du parti.

Le FLN en a connu d’autres depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir. Il faut dire que l’ancien parti unique baigne tranquillement dans la discorde. Qui se rappelle du coup d’Etat scientifique ? Oui ce coup de Jarnac qui a permis d’écarter Ali Benflis ?

Dans plusieurs mouhafadhas, la sédition s’organise contre le taulier en chef. A Aflou, Bejaia, Annaba, comme à Setif et ailleurs, les opposants à Saadani promettent d’en finir avec son règne sous le slogan « trois ans barakat ».

Il faut avouer qu’Amar Saadani a fait fort avec ses dernières déclarations. Il a mis tout le monde dans le même sac : l’ancien Rab Zaïr, Belkhadem, etc. Aux yeux de ce grand patriote qui investit son ooreille en France, ils sont tous pourris. A Aflou d’où est originaire l’ancien barbeFLN Abdelaziz Belkhadem, la grogne est forte. Ghardaia accusée d’être manipulée par le général major Mohamed Mediene garde son calme, préférant panser ses blessures.

Un conclave ayant réuni onze wilayas de l’Est, à savoir Sétif, Bordj Bou-Arréridj, M’sila, Béjaïa, Constantine, Jijel, Annaba, Souk-Ahras, El-Tarf, Oum El-Bouaghi et Djelfa s’est même tenu pour demander la tête de l’actuel SG, selon Liberté. C’est dire que les dagues sont sorties.

“Nous demandons au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, d’agir dans le cadre de ses responsabilités nationales et historiques pour sauver le parti et les militants », grogne Abdelkrim Abada, le chef autoproclamé de la fronde. Mais, Abada et tous ceux qui le soutiennent font montre d’une ignorance puérile. Ou veulent-ils nous faire accroire que les Bouteflika sont étrangers à la puissance de Saadani. N’importe quel observateur censé rétorquera à ces frondeurs du vendredi que si Saadani est encore là où il est c’est grâce au soutien du clan au pouvoir. Tout un chacun sait que le SG du FLN n’est qu’un pion, un serviteur zélé des tenants du pouvoir. Mais alors, pourquoi ces hommes ayant pour la plupart vécu toute leur vie dans les couloirs du pouvoir épargnent-ils le président d’honneur ? Celui-là même qui fait et défait les carrières de ses serviteurs.

A vrai dire, ces hommes manquent de courage politique en s’en prenant à un simple fusible. Ils ne veulent défendre que leurs intérêts, leur avenir. A preuve ? Dans cette opposition, il y a de sérieuses divergences entre ceux qui souhaitent le retour du barbeFLN Belkhadem et ceux qui ne le supportent pas. En attendant le jeu des urnes qu’on n’apprécie pas particulièrement au sein de l’ancien parti unique, une guerre larvée déchire aussi le mouvement des « redresseurs ».

Comme toutes les précédentes tentatives de déboulonner Saadani, cette opposition interne risque fort de passer comme un simple orage.

Mais ne nous y trompons pas, ils comptent organiser un rassemblement à Constantine, en début de semaine prochaine. Sans doute pour marcher sur Alger !

Yacine K.

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire