Sail Yahia et Ahmed Lahlou : Deux poètes qui ont apprivoisé les mots



Amoureux des vers, des mots, des poèmes, je vous invite à écouter l’excellente émission poétique que propose chaque Lundi, l’animateur vedette Nordine Ait-Slimane, de la chaine régionale Radio Tizi-Ouzou, de 21hà22h, intitulée « Imedyazen. »

Le Lundi 14-11-2016, Nordine Ait-Slimane a pris la louable initiative d’inviter deux géants anticonformistes de la poésie : Ahmed Lahlou et Sail Yahia. Le temps est passé comme l’éclair à l’écoute de ces deux poètes qui ont appris à maitriser les mots et à les apprivoiser comme des oiseaux.

Il est quelques fois difficile de comprendre ces deux philosophes qui utilisent des métaphores raffinées et compliquées. Ces deux amis philosophes pourchassent les ténèbres à coups de mots. Ils creusent les pensées plus que des laboureurs, au-delà des profondeurs.

Ahmed Lahlou a mis en exergue l’incroyable pouvoir de la langue (iles), capable de réaliser l’impossible en créant au gré de ses humeurs la pluie ou le beau temps, la paix ou la guerre et tant d’autres choses qui alternent le pire et le meilleur. Il ne manque pas de tirer à boulets rouges sur tous ces êtres vils et vilains qui œuvrent à contre-sens du progrès, de la modernité et du bon sens.

Sail Yahia regrette en utilisant une métaphore commerciale que dans le marché boursier, les choses matérielles, malsaines et négatives soient plus côtées que les valeurs saines, positives et spirituelles.

Ces deux passionnés de la poésie sont les dignes héritiers de Si Muhend u Mhend. Je vous invite à les écouter avec modération sinon vous risquez d’avoir le tournis ou le vertige dans le tourbillon de leur insondable passion.

Sail Yahia termine néamoins avec une note d’optimisme :

-« Même si cela prendra longtemps

Inéluctablement viendra un temps

Ou les injustices disparaitront

Ainsi que les terribles tyrans. »

Par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire