Saison estivale à Chlef : des camps de toile en perspective



Le wali de Chlef, Aboubakr Essedik Boucetta, a présidé, dimanche dernier, au siège de la wilaya, une réunion consacrée exclusivement à la prochaine saison estivale.

Etaient conviés à cette réunion les directeurs du tourisme, de la santé, des transports, du commerce, de l’environnement, des forêts, de la Protection civile, des services de sécurité, des présidents d’APC et des chefs de daïra.

Lors de cette rencontre il a été installé une commission de wilaya de coordination, de préparation de la saison estivale version 2016, du suivi et de l’évaluation de la campagne des centres de vacances et de loisirs des jeunes. Elle est présidée par le wali et en cas d’absence par la secrétaire générale de la wilaya.

Le wali a souligné en cette occasion « la nécessité de veiller à assurer aux jeunes estivants, au sein des centres de vacances et de loisirs des jeunes ou dans le cadre de la mobilité de jeunes, les conditions adéquates pour un séjour de qualité ». à ce sujet, il faut savoir que chaque année les centres de colonies de vacances répartis à travers la côte chélifienne, accueille des milliers de colons âgés de 6 à 14 ans et issus des wilayas du Sud, des Hauts-plateaux ainsi que des villages enclavés de la wilaya de Chlef. à cela s’ajoute le programme de mobilité des jeunes organisé sous forme de séjours d’une semaine dans le cadre du réseau national des Auberges de jeunes.

Par ailleurs, compte tenu de l’afflux massif de familles entières, au cours de l’été, vers le littoral, la wilaya de Chlef qui se distingue par ses sites paradisiaques s’étalant sur 129 km de cote ; les pouvoirs publics encouragent la création de camps de toile, véritables lieux de villégiature et qui offrent un décor, une convivialité et des animations à des prix concurrentiels, comparativement aux autres types de location de vacances.

Cette initiative résulte précise-t-on du nombre assez important des sites proches de la côte convoités par les mutuelles et les fonds des œuvres sociales des entreprises du secteur économique du pays, qui les louent aux collectivités au profit des familles de leurs travailleurs et surtout de l’intérêt accordé par les familles en ce nouveau mode de séjour.

Cependant pour la création de ces camps de toile, Mr Aboubakr Essedik Boucetta a indiqué qu’il « sera fait appel à des opérateurs, publics et privés, intéressés pour l’installation de ces camps sur des terrains relevant du domaine privé de l’état ou des collectivités, par le biais de la location ou de la concession ». Quant aux exploitants privés ces derniers dira le wali peuvent « être autorisés pour l’installation de ces camps sur des terrains loués auprès de particuliers ».

Ces camps de toile, destinés essentiellement aux familles, doivent être dotés d’équipements collectifs (sanitaires, douches, cuisines et buanderies collectives et d’une infirmerie) et d’espaces d’activités de détente, de sport et de loisirs. Toutefois le wali a insisté sur le volet sécuritaire qui doit prévaloir au niveau de ces camps de toile. à ce sujet le wali dira « l’exploitant est tenu de jour comme de nuit à veiller à la quiétude et la sécurité des vacanciers et de leurs biens, et, doit assurer, en tout moment, la sécurité du camp, qui doit être également doté de moyens suffisants de lutte contre l’incendie ».

D’ailleurs précise le wali « les exploitants de ces camps seront soumis à un cahier des charges qui accompagne les conventions de concession ou de location, auprès des collectivités ou de propriétaire privés, y compris l’hygiène du camp et des locaux collectifs qui sont sous la responsabilité de l’exploitant ». Pour cela dira le wali « les services de la Protection civile seront instruits pour procéder à des contrôles de la situation des camps en matière de sécurité anti-incendie tandis qu’une veille sécuritaire sera assurée par les services de gendarmerie et la sûreté nationale, qui pourront effectuer, à tout moment, au contrôle des documents administratifs de l’exploitant ». « En cas d’infraction à la réglementation des sanctions seront appliquées » a ajouté le wali.

De toute évidence si le « compte à rebours » précédant la saison estivale a déjà été enclenché à Chlef ; le wali, Mr Aboubakr Essedik Boucetta, a tenu à prévenir les responsables locaux contre toute « anarchie ou dépassement », durant l’été prochain et de mettre en garde contre le « squat des plages et/ou des places publiques pour les ventes à la sauvette et le stationnement des voitures ».

En ce qui concerne le volet culturel, un programme d’animation visant à « faire la promotion d’actions recréatrices, de loisirs et culturelles et artistiques, pour vulgariser les valeurs de citoyenneté, au sein de la jeunesse » a été élaboré dans un cadre élargi à tous les partenaires locaux concernés. Selon le Wali « ce programme prévu pour toute la saison estivale « doit mettre, à la disposition de la jeunesse, une panoplie d’activités, saines et attractives, devant réduire le champ de l’oisiveté, porteur de risques et de dangers pour la santé mentale des jeunes et de l’enfance , tout en permettant de canaliser cette jeunesse vers des créneaux éducatifs et sportifs, aptes à réduire les risques de déviation vers des comportements violents et inciviques, de nature à porter atteinte à la quiétude du citoyen, à l’ordre et la sécurité publics ».

Pour mener à bien cette opération il est demandé aux autorités et partenaires locaux « de mettre en place un groupe de travail chargé d’arrêter le contenu de ce programme d’actions, adapté aux spécificités de la localité afin « d’offrir à la jeunesse, des alternatives attractives et polyvalentes, devant transformer les espaces publics, en lieux de convivialité », a souligné le Wali.
Bencherki Otsmane

Lecourrier-dalgerie.com

Laisser un commentaire