Scandale Volkswagen: Une cinquantaine de salariés sont passés aux aveux



On ne pourra pas dire que personne ne savait. Une cinquantaine de salariés du constructeur automobile allemand Volkswagen sont passés aux aveux dans le cadre du programme d’amnistie proposé aux employés pour accélérer l’enquête internesur le scandale des moteurs diesel truqués, a indiqué le constructeur ce mardi.

>> A LIRE. Le « dieselgate » peut-il couler Volkswagen ?

« Environ 50 employés » ont bénéficié du programme, a indiqué mardi à l’AFP un porte-parole. Dans le cadre de celui-ci, destiné à accélérer l’enquête sur les tricheries aux normes antipollution révélées en septembre, les salariés avaient jusqu’à lundi pour témoigner en interne, sans crainte de sanctions de la part de leur employeur, qui s’engageait en outre à tout faire pour alléger d’éventuelles poursuites judiciaires.

« Jusqu’au 30 novembre au plus tard »

Volkswagen a promis de faire la lumière sur la manière dont 11 millions de véhicules diesel dans le monde ont pu être équipés d’un logiciel truqueur pour frauder les tests anti-pollution. Dans une lettre adressée à son personnel au début du mois, Volkswagen précisait que le délai courait « jusqu’au 30 novembre au plus tard » et non pas jusqu’à fin décembre comme initialement envisagé.

Volkswagen avait décidé d’écourter ce régime exceptionnel pour tirer au clair le plus vite possible les circonstances de l’affaire et coller aux exigences pressantes de la justice américaine. Car les Etats-Unis sont le pays où le scandale a commencé et où le groupe risque des milliards d’amendes.

Une deuxième fraude découverte grâce à l’immunité

C’est d’ailleurs grâce à ce programme d’immunité que le géant automobile a découvert une deuxième fraude, portant cette fois sur 800.000 véhicules dont les émissions de dioxyde carbone (CO2) étaient bien supérieures aux valeurs affichées sur leur fiche technique.

Le groupe qui chapeaute douze marques (des citadines Seat et Skoda aux berlines Audi et sportives Porsche, en passant par les camions MAN et Scania), avait jusqu’au 30 novembre pour présenter aux autorités allemandes sa solution technique de remise aux normes des trois types de moteurs truqués, et a rendu sa copie dans les temps.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

Laisser un commentaire