Seize victimes étrangères rapatriées



BangladeshAprès l’attentat de Dacca, survenu vendredi soir, les corps de sept Japonais et neuf Italiens ont été envoyés dans leur pays respectif.

Les corps des 7 victimes japonaises et 9 victimes italiennes de l’attentat djihadiste de vendredi soir au Bangladesh ont été rapatriés mardi dans leur pays respectif. Deux Bangladais, une Américaine et une Indienne avaient également perdu la vie dans l’attaque de ce café-restaurant.

L’avion japonais a atterri à 5h50 locales (lundi 0h50 en Suisse) à l’aéroport de Tokyo-Haneda. Le ministre nippon des Affaires étrangères Fumio Kishida a déposé, peu après, des fleurs à côté des 7 cercueils recouverts d’un drap blanc alignés sur le tarmac.

Le ministre était accompagné d’autres officiels et représentants des sociétés qui employaient les victimes. Les familles des défunts, qui s’étaient aussi rendues à Dacca après la confirmation des décès, sont rentrées par le même avion.

Un huitième Japonais blessé, mais qui a survécu à cette attaque d’un café-restaurant d’un quartier chic de Dacca, est également revenu au Japon par un autre avion. Il a été conduit immédiatement à l’hôpital.

Drapeau tricolore

L’avion dépêché par le gouvernement italien a, quant à lui, atterri vers 19h00 (en Suisse) à l’aéroport militaire de Rome-Ciampino. A leur arrivée, les corps des neuf victimes ont été salués par le président de la République, Sergio Mattarella.

Le ministre des Affaires étrangères Paolo Gentiloni était également sur place. Des dizaines d’autres personnes, des membres des familles des victimes, se trouvaient aussi à l’aéroport pour saluer les disparus. Leurs cercueils débarquant du grand appareil militaire, un Boeing 767, étaient couverts du drapeau tricolore italien.

Le président Mattarella avait interrompu un voyage en Amérique Latine, annulant des étapes en Uruguay et en Argentine, pour pouvoir rentrer à Rome et accueillir les victimes italiennes de l’attentat.

Cinq djihadistes ont été tués lors de l’assaut du café par les forces de sécurité samedi matin, le doute planant sur le rôle d’un sixième homme tué au même moment. Un autre homme a été pris vivant par les commandos et interrogé par les services de renseignements. (ats/afp/nxp)

Lire l’article depuis sa source : www.24heures.ch

Laisser un commentaire