Si Amar Boulifa au coeur de deux journées à Larbaa Nath Irathen



Boulifa Si Amar U Saïd, un des premiers chercheur en tamazight. Des chercheurs et spécialistes parleront de son oeuvre samedi et dimanche à Larbaa Nath Irathen, sa ville natale.

Un colloque sur Si Amar U Saïd Boulifa se tiendra à la bibliothèque communale de Larbaa Nath Irathen. Si Amar Boulifa a tracé la voie de la recherche, de l’histoire, de l’anthropologie, de la sémiologie très tôt au siècle dernier. Il a laissé une oeuvre abondante, pléthorique qui touche donc tous les domaines précédemment cités. Il est l’auteur de l’un des premiers essais sur la langue kabyle. Son ouvrage Une premier année de langue kabyle (dialecte zouaoua) a été publié en 1897 réédité en 1910. Textes berbères en dialectes de l’Atlas marocain, a été édité en 1908 à Paris. En 1925, il publie un monumental livre sur l’histoire de la Kabylie, Le Djurdjura à travers l’histoire depuis l’Antiquité jusqu’en 1830 : organisation et indépendance des Zouaoua (Grande Kabylie). Déjà ! diront certains.

Si Amar U Saïd Boulifa est l’un des premiers défenseurs de la langue et la culture berbère. Il a fait un énorme travail de structuration de l’enseignement de tamazight. Boulifa a consacré toute sa vie à la recherche dans la langue berbère, l’histoire, l’archéologie et la sociologie. »

Boulifa a consacré toute sa vie à la recherche pour la promotion de la langue et culture amazighes. Parti en retraite en 1929, il mourut deux an plus tard à Alger ou il fut inhumé. Une brochette de spécialistes, comme Malika Ahmed-Zaïd, Saïd Chemakh, Rachid Oulebsir, Abdeslam Abdenour se pencheront samedi et dimanche sur l’oeuvre de cet immense chercheur.

L.M.

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire