LE SINGE ET LA TORTUE. Par Hammar Boussad



Il était une fois, un roi des singes devenu vieux, s’est fait chasser par un jeune singe fort et ambitieux qui prit sa place sur le trône royal. Le vieux singe vaincu errait dans la nature en solitaire, ne sachant quelle destination prendre.

Le hasard voulût qu’il arrive jusqu’au pied d’un figuier qui croulait de figues. Il s’installa sur le figuier et commença à déguster les succulents fruits. Une figue lui tomba des mains et fit un clapotis dans la mare qui se trouvait juste en dessous. Le son produit lui plût alors, il s’amusa à jeter d’autres figues pour jouer. Ce jeu fit le bonheur de la tortue mâle qui se trouvait au bon endroit.

La tortue mâle crût à la bonté du singe alors, il sollicita son amitié. Le vieux singe accepta de bon cœur cette amitié tombée du ciel. Le singe et la tortue vivaient ensemble en parfaite harmonie comme de véritables amis pendant longtemps. La tortue mâle oublia même son épouse qui s’inquiéta auprès de sa voisine. Cette dernière lui conseilla de jouer la souffrante quand il viendra lui rendre visite lors de la prochaine fête de Yennayer.

Le 12 Janvier arrive, la tortue mâle rend visite à sa femme qu’il trouve dans un piteux état. Elle ne pouvait même pas parler. C’était sa voisine qui communiquait à sa place.

-« Ton épouse est gravement malade. Pour espérer guérir, elle doit absolument manger le cœur d’un singe sinon elle va certainement mourir. »

La tortue mâle retourne vers son ami le singe qui l’interpelle :

-« Je suis heureux de te revoir mon ami. Pourquoi as-tu tardé autant ? »

« Je suis désolé pour mon retard. Je ne voudrais pas être ingrat avec un ami qui m’a fait tant de bien. Maintenant, je te prie de bien vouloir accepter mon invitation à la maison. Monte sur mon dos. On part sur le champ. »

Le singe accepta de bon cœur l’invitation. Ils partirent ensemble…En cours de route, la tortue mâle souffre terriblement. Sa conscience le torture. D’une part, il a besoin du cœur, d’une autre, il ne veut pas trahir son ami.

Cette situation embarrassante n’a pas échappé au vieux singe qui a remarqué l’air pensif de son ami. Après beaucoup d’insistance, la tortue lui révèle l’objet de ses tourments. Le singe tressaillit. Il sentit la mort planer sur sa tète. Une idée géniale germa dans son esprit intelligent. Il réagit rapidement :

-« Mon cher ami, j’ai laissé mon cœur accroché à une branche du figuier. Nous devons retourner pour le récupérer ».

Ils retournent en direction du figuier. Quand ils arrivent, le singe saute avec agilité sur l’arbre. La tortue mâle attend… il lui dit :

-« Apporte-moi vite ton cœur, mon épouse en a besoin en urgence. »

« Ne me prends pas pour un âne dépourvu de cervelle. Va rejoindre ta femme. Notre amitié est certes un mauvais souvenir mais aussi une précieuse leçon qui va m’inciter à être plus vigilant dans le choix de mes  amis. »

Kalila et Dimna : Conte traduit par Boualem Messouci,

Adapté par Hammar Boussad.

Laisser un commentaire