Succès de la décommunisation: des Kiéviens détruisent l’ours Micha, cet occupant menaçant



Cela faisait 36 ans que l’ours Misha, symbole des Jeux olympiques de 1980 à Moscou, se dressait devant l’entrée de l’hotêl Lybid à Kiev. Mais des partisans de la décommunisation sont passés par là…

A Kiev, capitale de l’Ukraine, des vandales non identifiés ont détruit une sculpture de l’ours Misha, le symbole des Jeux olympiques d’été organisés en 1980 à Moscou. 

« Ce Misha sympathique se trouvait à l’entrée de l’hotêl Lybid depuis 1980. Cette semaine, tard dans la nuit, un groupe de jeunes gens mal élevés et n’aimant pas notre ville l’a brisé. Après le hérisson, le petit prince et la fille de l’Allée des Paysages (autres statues détruites, ndlr), à qui le tour? », lit-on sur la page du groupe Facebook « Club du Kiévien autochtone ».

Parmi les commentaires, on trouve celui mentionnant l’intention de l’administration de l’hôtel de restaurer la statue avec ses fonds propres. Mieux encore, plusieurs utilisateurs se déclarent prêts à verser leur contribution pour la restauration.    

En mai 2015, une loi condamnant les régimes totalitaires communiste et national-socialiste est entrée en vigueur en Ukraine. Elle interdit l’utilisation publique de symboles nazis et soviétiques, dont le drapeau et le blason soviétiques ainsi que l’hymne de l’URSS et de ses républiques. La loi prévoit également de renommer environ 300 localités et les rues des villes nommées en l’honneur des dirigeants soviétiques ou tout simplement pouvant rappeler le passé soviétique. 

Ce n’est pas la première fois que Kiev s’efforce d’effacer tout lien avec la Russie et l’histoire commune de ces deux pays. Dans le cadre de la politique dite de décommunisation, l’Ukraine a déjà détruit de nombreux monuments à Lénine et autres symboles de l’époque soviétique. Les autorités du pays envisagent de placer tous les monuments de l’époque dans un soi-disant « Musée du totalitarisme ».   

Kiev a également interdit la diffusion en Ukraine de films et séries de production russe. De plus, le Comité d’Etat de la télévision et radiodiffusion ukrainien a publié une liste de livres imprimés en Russie et interdits d’importation en Ukraine. 

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire