Suite aux récentes attaques terroristes à Paris. Est-ce la fin de l’espace Schengen ?



BRUXELLES (Tamurt) – Des mesures drastiques soufflent comme un vent de révolte de la capitale belge, Bruxelles, dont les États membres de l’Union européenne ont opté pour un état de siège. La menace terroriste qui plane tel un couperet sur l’ensemble des pays du vieux continent est prise au sérieux, cette fois-ci.

En effet, au coeur de la crise sécuritaire, la problématique de la surveillance des frontières se pose avec acuité sur l’espace Schengen. Cet état de fait laisse penser que la mouvance djihadiste pèse de tout son poids sur les travaux des ministres de l’Intérieur et de la Justice de l’Union européenne, qui ont affiché leur volonté de renforcer illico presto le contrôle aux frontières extérieures, y compris pour les ressortissants européens.

Par ailleurs, ce qui semblait être le socle de création de l’Union européenne, à savoir l’enlèvement des barrières douanières pour faciliter la libre circulation des produits et des personnes est remis en cause ces derniers temps en raison de la menace terroriste, longtemps prise à la légère. Les récentes interpellations de terroristes en Belgique corroborent la thèse d’une longue machination de l’État islamique pour mettre à chaos toute nation osant défier leur dogme.

En Algérie, les intégristes prospèrent comme des champignons  avec le coup de grâce d’un pouvoir complaisant. Des signes non trompeurs du pullulement des islamistes qui s’affichent sans vergogne, imposant de fait leurs lois. Même la sinistre école algérienne n’est pas épargnée par l’infiltration des islamistes qui s’autorisent d’infliger aux bambins l’obligation de faire la prière dans les salles de classe.

Amnay

Source : Amnay

Laisser un commentaire