« Super John Kerry » vole au secours d’une UE sonnée par le Brexit



Le secrétaire d’Etat américain John Kerry se rendra lundi à Londres et à Bruxelles. Le but de cette visite? Discuter des résultats du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Aviez-vous des doutes?

Le secrétaire d ‘Etat américain John Kerry rencontrera lundi à Bruxelles la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Le jour-même, le haut diplomate américain s’entretiendra avec son homologue britannique Philippe Hammond à Londres pour discuter de l’épineux dossier du Brexit, qui inquiète grandement Washington.

Citée par l’agence Reuters, une source haut placée au sein de la diplomatie américaine a révélé que le but de la visite de John Kerry était de mettre en garde les autres pays de l’Union européenne contre la réédition du scénario britannique. Entendu par-là que toute nouvelle sortie ne fera qu’affaiblir l’Union européenne. Bref, une nouvelle mission de gestion de crise pour Kerry, appelé cette fois-ci à la rescousse de l’UE et dont la mission consiste à tenter de sauver le bateau Europe en  évitant tout « Dexit », « Frexit », « Nexit », etc.

Les opposants au Brexit peuvent donc être rassurés, monsieur Kerry arrive et peut-être parviendra-t-il même à dissuader leurs adversaires.

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l’UE. Les premiers résultats ont été annoncés quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote et donnaient les partisans du « Remain » gagnants. Toutefois, le résultat définitif a changé la donne. A 51,9% le pays a choisi de quitter l’UE. Un cas sans précédent.

Suite à la publication des résultats, le premier ministre David Cameron a annoncé sa démission.

Dès vendredi, les présidents du Conseil européen, Donald Tusk, de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, du Parlement européen, Martin Schulz, et le Premier ministre Néerlandais Mark Rutte dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, ont appelé Londres à rendre effective la décision du peuple britannique « dès que possible ».

Lire l’article depuis sa source : fr.sputniknews.com

Laisser un commentaire