Taïwan, Arabie Saoudite, Espagne, Syrie, Tunisie, Corée du Nord… Le point sur l’actualité internationale du 7 février



Taïwan : 28 morts dans le séisme et encore une centaine de personnes ensevelies

Le bilan du séisme survenu tôt samedi matin dans le sud de Taïwan s’alourdit à mesure que les secours progressent dans leurs opérations. Dimanche matin, on comptait déjà 28 morts. Ce bilan pourrait encore s’aggraver car environ 120 personnes étaient encore ensevelies sous les décombres d’immeubles écroulés. Dimanche matin, 122 résidents étaient toujours portés disparus, dont 103 coincés « très profondément » sous les décombres. La secousse de magnitude 6,4 a frappé cette ville, provoquant notamment l’effondrement d’un même ensemble résidentiel de 16 étages avec une centaine de logements. (Lire)

Arabie Saoudite : un soldat et un civil tués par des tirs en provenance du Yémen

Un soldat et un civil ont été tués dans le sud de l’Arabie Saoudite par des tirs en provenance du nord du Yémen, contrôlé par les rebelles chiites houthis. Un projectile tiré samedi matin depuis les territoires yéménites a pris pour cible une patrouille des gardes-frontières saoudiens dans la région d’Assir, tuant un soldat. Dans la soirée, un projectile, tiré également depuis le Yémen, s’est abattu sur la ville de Najran, tuant un résident étranger. Plus de 90 personnes, des civils et des militaires, ont été tuées par des tirs depuis le Yémen dans le sud de l’Arabie Saoudite, pays qui intervient depuis mars 2015 au Yémen à la tête d’une coalition militaire arabe. (Lire)

Espagne : 7 complices d’Al-Qaïda et Daech arrêtés

La police espagnole a annoncé avoir arrêté dimanche sept personnes à Valence et Alicante (est) et dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc pour leurs liens présumés avec Al-Qaïda et l’État islamique, auxquelles elles auraient envoyé du matériel militaire. « Cinq sont de nationalité espagnole, d’origine syrienne, jordanienne et marocaine, et deux sont de nationalité syrienne et marocaine », a précisé la police. Un des hommes interpellés organisait par le biais d’une entreprise l’envoi en Syrie et en Irak « de matériel militaire, de l’argent, des équipements électroniques et de transmissions, d’armes à feu et de précurseurs utilisés pour la fabrication d’explosifs ». Les envois étaient expédiés dans des conteneurs fermés, sous couvert d’aide humanitaire. (Lire)

Syrie : face aux défaites des rebelles, l’Arabie pourrait envoyer des troupes

L’Arabie Saoudite s’est dit jeudi prête à envoyer des soldats si la coalition internationale menée par Washington décidait d’une opération terrestre, une annonce saluée par les États-Unis. Ryad s’inquiète en effet du sort des groupes rebelles armés qui combattent le régime du président Assad et qui viennent d’encaisser plusieurs défaites de taille. Les rebelles sont notamment quasiment encerclés dans le nord à Alep, deuxième ville du pays.  L’intervention se ferait en coordination avec la Turquie, autre soutien de l’opposition syrienne. La Russie a accusé la Turquie de préparer une intervention terrestre en Syrie, accusation démentie par le président turc Recep Tayyip Erdogan. L’Iran, qui a envoyé des combattants soutenir l’armée syrienne, a estimé pour sa part que les Saoudiens « se tireraient une balle dans la tête » s’ils déployaient des troupes en Syrie. (Lire)

Tunisie : un « système d’obstacles » à la frontière libyenne

Ce samedi, la Tunisie a annoncé la fin de la construction d’un « système d’obstacles » à sa frontière avec la Libye, après avoir été la cible l’année dernière d’attentats meurtriers, dont les auteurs présumés auraient séjourné dans ce pays voisin. « Le travail (…) est achevé. La Tunisie est capable de lutter contre le terrorisme d’une manière active et efficace », a indiqué le ministre tunisien de la Défense. Ce « système d’obstacles » ou mur de séparation s’étend sur près de 200 kilomètres. Il est notamment constitué de monticules de sable et de tranchées d’eau, respectivement de plusieurs mètres de haut et de large. Ce dispositif devrait être équipé de matériels électroniques avec le soutien de l’Allemagne et des États-Unis. (Lire)

La Corée du Nord a tiré une fusée longue portée

La Corée du Nord a annoncé ce dimanche avoir réussi à placer en orbite un satellite. La fusée a été tirée vers 9h (minuit en Algérie). Il n’y avait aucune confirmation extérieure dans l’immédiat que le dernier étage de la fusée, porteuse d’un satellite, était parvenu à atteindre son orbite. Cependant, un responsable américain de la défense a déclaré qu’un véhicule de lancement « semble avoir gagné l’espace ». Ce tir, qui viole plusieurs résolutions de l’ONU, sonne comme un nouveau défi pour la communauté internationale qui peine déjà à sanctionner Pyongyang après son quatrième essai nucléaire du 6 janvier. Les responsables sud-coréens et américains de la Défense ont décidé d’ouvrir des pourparlers officiels sur le déploiement dans la péninsule coréenne d’un système de défense antimissiles américain. (Lire)

Source : Yacine Babouche

Laisser un commentaire