Talaie El Houriyet avertit : « Le régime entretient l’impasse politique »



Au menu de cette réunion, la situation politique du pays ainsi que la question des échéances électorales qui viennent. Pour la formation politique que …

Le Bureau Politique de Talaie El Houriyet a tenu sa réunion mensuelle ordinaire le 17 septembre 2016 au siège du Parti sous la présidence de M. Ali Benflis,

Au menu de cette réunion, la situation politique du pays ainsi que la question des échéances électorales qui viennent.

Pour la formation politique que dirige Ali Benflis, l’examen est vite fait tant la paralysie est une donnée centrale du fonctionnement des institutions depuis pas mal déjà. Le bureau politique « a constaté avec préoccupation que par son attitude autiste, son choix d’une stratégie de fuite en avant et le seul souci du gain de temps qui l’anime, le régime politique en place entretient l’impasse politique actuelle et nourrit son aggravation continue ». Le communique rappelle de juste que « si les intérêts étroits du régime politique en place s’accommodent du déni de la réalité de cette impasse politique, celle-ci heurte par contre frontalement les intérêts de la Nation toute entière qui voit s’accumuler devant elle des défis politiques, économiques et sociaux toujours plus grands sans être mise en position de les relever avec détermination, confiance et espoir ».

Le constat est sans concession : la formation d’Ali Benflis met en lumière encore une fois « le déni de la réalité d’une crise de régime et d’une stratégie de fuite » du régime. Les manoeuvres politiques et autres décisions passées en loi à l’APN ne sont pas oubliées. Le parti attire l’attention sur la volonté du régime de « restreindre le champ des droits et des libertés, à dénaturer la pratique politique pluraliste, à imposer à l’opposition politique nationale une véritable politique de contrairement et à se préparer à donner un nouveau souffle à la tricherie politique et à la fraude électorale qui représentent un enjeu vital pour la reconduction du régime politique en place et pour sa survie ».

Bilan économique

Là non plus le constat n’est pas reluisant, loin s’en faut, soulève le communiqué. Le Bureau politique ne se fait pas d’illusions sur la volonté de l’équipe Bouteflika de changer quoi que ce soit dans le fonctionnement économique du pays. Il renouvelle « sa conviction qu’il serait illusoire et vain d’attendre le règlement de cette crise sans précédent d’une gouvernance illégitime, non représentative et en perte notoire de crédibilité et de confiance ». Vigilant sur les choix économiques du gouvernement, Talaie El Houriyet observe que malgré la crise « la gouvernance en place a fait l’abondante démonstration de ce qu’elle n’est pas à la hauteur de l’ampleur et de la sensibilité de cette crise, de ce que la volonté et le courage politique, qu’elle exige lui font défaut et de ce que le système politique en place et l’état de dégradation avancée dans lequel il se trouve sont en eux-mêmes des obstacles majeurs à la croissance et économique et au développement social du pays ».

« Le nouveau modèle de croissance » manque de transparence. Il « semble compter parmi les secrets d’Etats les mieux gardés », s’irrite le parti de Benflis. Il est manifeste que ce dernier ne croit nullement en « ce modèle de croissance » –s’il existe-« , ironise dans ce communique le parti qui regrette par ailleurs l’approche comptable de la situation en lieu et place d’un « traitement structurel des profonds dysfonctionnements de l’économie nationale » qui, constate encore le parti « trouvent leur origine dans le système politique lui-même et dans sa nature rentière, clientéliste, népotique et prédatrice de la richesse nationale. »

Au-delà de tout calcul politique, le parti de Benflis soutient que « l’Etat de droit fondé sur des institutions légitimes comme clef de voûte de la modernisation politique du pays est aussi le passage obligé de son redressement économique et social ».

Les élections prochaines

Le parti d’Ali Benflis se prépare et se structure depuis plusieurs mois en vue de se préparer aux échéances électorales. Cependant, ce n’est qu’après une large consultation interne que le parti prendra la décision de prendre part ou pas aux élection. La décision est attendue pour la première moitié de janvier 2017″, annonce le communiqué du du BP du parti.

Synthèse Yacine K.

Source : lematindz.net

Laisser un commentaire