Tamazight : duplicité et complicité des makhzens (*)



La similitude des réponses des pouvoirs marocains et algériens à la revendication nationale amazigh en Afrique du Nord soulèvent des interrogations légitimes auprès de beaucoup de nos compatriotes. La « copie conforme » des textes dans les dernières constitutions marocaines et algériennes, consacrant tamazight langue officielle, permet de douter de l’existence d’une réelle émulation ou compétition entre deux États pour avancer sur une question aussi fondamentale pour notre devenir.

Il est utile de rappeler que les quelques avancées (plutôt des concessions) obtenues jusque-là, ne l’ont été que sous la pression populaire dans les différents pays. Les systèmes politiques chérifiens et néo-FLN sont bridés par leur nature arabo-islamique. Pour eux, c’est la fin de l’Histoire, le  »Maghreb el arabi » est une terre arabe et musulmane ! Le reste n’est que résurgence de la période de la jahiliya, de la non-Histoire !

Cette vision totalitaire de l’histoire n’est pas très ancienne. Elle a été forgée essentiellement au dix neuvième siècle par les concepteurs de la colonisation française, avec le projet de  »royaume arabe » de Napoléon III, moule réducteur intégrant l’Afrique du Nord, la Barbaria, dans un espace plus large allant d’Alger, puis de Rabat à Damas. L’objectif impérialiste était évident.

Aussi, l’existence d’une élite urbaine arabophone et des centres de production culturelle (Fès, Kairouan, Alger, Constantine, Tlemcen, …) avaient faussé la vision de la réalité historique, culturelle et linguistique du sous-continent nord-africain.

Les acteurs des mouvements indépendantistes depuis les années 1930 et la classe politique post-indépendance ont intégré à fond cette vision erronée de la réalité historique et culturelle, plus conforme à leur marche triomphale dans le projet nationaliste arabe.

Toutes les stratégies actuelles de négation, d’étouffement, de manipulations, de provocations et de corruption engagées par les différents pouvoirs au Maroc, en Algérie et même par l’éphémère Congrès National libyen, proviennent des tenants de cette vision nationaliste arabe. Cela semble être un combat d’arrière-garde, car nul ne peut s’opposer à la marche du temps et à l’évolution des générations.

Les petits calculs comme « tamazight est aussi une langue officielle », comme la déclaration à Batna en juin 2015 de cette jeune femme, directrice de la maison de la culture (sic!), « tamazight est une langue étrangère », l’insulte de ce juge de la République algérienne d’une ville de Kabylie, « khelliw-na men langlizia ntaâ-koum » (« arrếtez de nous emm… avec votre anglais ! »), le mépris de cet imam de Fès : « je ne peux faire un prêche en tamazight, c’est la langue des cheikhates », s’inscrivent dans une forme de panique de perdre cette factice et mythique « nation arabe … une et indivisible » !

Les tergiversation actuelles pour la publication des instruments juridiques (lois organiques, …) nécessaires à l’application dans les faits de cette officialisation de tamazight sont un révélateur des difficultés de changement de paradigme : en 2016, il n’y a aucun peuple étranger qui colonise l’Afrique du Nord. Les nord-africains sont chez eux depuis des millénaires. Il y a eu des apports extérieurs, mais sans conséquences sur l’homogénéité globale ; la langue amazigh, selon ses diverses formes, cohabite avec la langue dardja, synthèse de l’amazigh et des parlers arabes post-11e siècle, et avec le français, lègue de la période coloniale française depuis le XIXe siècle.

S’il n’y a aucun autre peuple qui nous colonise, existerait-il alors un concept d’auto-colonisation ?

Pour répondre à cette interrogation, il est utile de regarder ce qui se passe dans d’autres continents. L’Amérique Centrale et du Sud par exemple. Depuis des siècles, des petites minorités européennes ont imposé aux autochtones, dans chaque pays, le concept d' »Amérique Latine » minorant les cultures et langues autochtones majoritaires. Les dictatures des généraux, pendant des décennies, étaient le fait de ces minorités européennes hispaniques, portugaises, allemandes. Les dictateurs argentins avaient poussé jusqu’à l’absurde en engageant des officiers tortionnaires de la bataille d’Alger (Paul Aussaresses, …) pour réprimer dans le sang, par des escadrons de la mort, la subversion populaire argentine. Ces dictateurs se considéraient différents et supérieurs au peuple indigène; ils étaient les colons.

Cette situation est en train de changer depuis quelques années par l’entrée en politique des enfants du peuple qui détruisent ces cadres ségrégationnistes. Les langues et cultures indiennes (quechua, aymara, guarani, mayas, …) sont aujourd’hui langues officielles dans plusieurs pays.

Pour l’Afrique du Nord, la fin de la domination de la vie politique des « nationalistes arabes » par le renouvellement naturel de générations constitue la voie la plus sage pour en finir avec cette absurde « auto-colonisation ».

Le mouvement amazigh de revendication populaire dans toutes les régions de Tamazgha, du Maroc à la Libye, s’inscrit fondamentalement dans la voie pacifique pour l’édification d’une société démocratique dans un ensemble naturel, nord-africain et méditerranéen. Dans cette période de surenchère islamiste, de banalisation de la violence et de petits calculs des tenants du pouvoir à Rabat et ailleurs, l’équilibre risque d’être vite rompu.

Aumer U Lamara

(*) Il s’agit notamment

1- du Makhzen marocain, installé par Idris 1er, désigné sultan en 788 par les Iwraben, tribu amazigh du Tafilalet dans le sud marocain ; s’est édifié par la levée de l’impôt, auprès des tribus soumises de force (makhzen) par l’armée du sultan.

2- du makhzen algérien du néo-FLN, installé depuis le coup de force de 1962, qui a instauré un régime militaire, pompe les richesses nationales, sans aucun contrôle populaire, pour engraisser l’oligarchie et sa descendance, brigands financiers internationaux.

Les deux makhzens, quoique historiquement et sociologiquement différents, sont inféodés à l’arabo-islamisme, dans le nationalisme arabe d’abord, puis dans l’islamisme des émirs du pétrole.

Lire l’article depuis sa source : lematindz.net

Laisser un commentaire