Tony Blair appel les Britanniques a se soulever pour bloquer le Brexit



S’exprimant dans la City de Londres, du congrès du groupe de la campagne pro-Européenne “Open Britain”, l’ancien premier ministre Travailliste Britannique Tony Blair, entre 1997-2007,  a affirmé que le peuple a voté lors du référendum « sans etre réellement informé des enjeux et des conditions véritables du Brexit ».  Pour Tony Blair les Britanniques n’ont plus aucun autre choix que de trouver  « une échappatoire au risque de se retrouver en bas du précipice, à travers un soulèvement populaire pour faire changer la donne, et épargner au pays les dégâts impardonnables d’un choix précipitée et irréfléchi.

 

Tony Blair qui s’apprete à prendre la tête d’un grand mouvement pro-Européen a met en garde contre les conséquences désastreuses d’une sortie de l’UE, sur la cohésion et la stabilité du Royaume-Uni de l’Europe et du reste du  monde,, ajoutant que le mouvement qu’il compte lancer s’atellerait a définir les contours d’une strategie claire en vue de repenser la position du pays par rapport au Brexit.  L’ancien premier ministre Britannique, un Europhile convaincu et qui a fait campagne en faveur du maintien de la Grande Bretagne au sein l’EU, à par ailleurs laisser entendre qu’il accepte sans contest le fait que le peuple s’est prononce à 52% en faveur du Brexit, mais propose l’idee d’une révision de la question du Brexit, “il faut que les gens sachent où ils se dirigent” à-t-il encore martelé.

 

À une question de savoir si il pensait qu’il devrait y avoir un second référendum, la réponse de Tony Blair était sans appel : « tout ce que je dis est une chose très, très simple, on est au tout début d’un processus de réflexion sur des choix qui détermineraient l’avenir de plusieurs générations,  il faut

poursuivra Blair réexaminer la position des 52 % de Britanniques sur la question du Brexit.  Selon lui il est temps de faire table rase notamment au sujet du choix issue du référendum du mois de juin dernier, pour permettre aux gens de s’exprimer une nouvelle fois sur cette même question, par voie référendaire, car il y va de l’avenir de toute une nation et de tout un continent.

 

Il s’agit pour l’ex-premier ministre Britannique, qui a entraîné son pays dans plusieurs conflit armées aux côtés des Américains,  de la décision la plus importante que les Britanniques devraient prendre, depuis la seconde guerre mondiale, si on leur offre la possibilité de s’exprimer une nouvelle fois sur le Brexit, soulignant dans la foulée que le débat sur cette question déterminante ne devrait pas être clos, pour barrer la route aux autres mouvements fascistes en Europe, à l’image du Front National en France qui tente d’exploiter à fond le Brexit, dans la course de sa candidate Marine Le Pen pour l’Elysee.

 

Londres Boudjemaa Selimia

Laisser un commentaire