Tourisme : pourquoi les Algériens préfèrent la Tunisie et le Maroc



Les Algériens aiment passer leurs vacances en Tunisie. Selon les derniers chiffres fournis par la Police algérienne des frontières (PAF), les deux postes frontaliers de la wilaya d’El Tarf connaissent une activité de passage en forte progression par rapport à la même période de l’année écoulée. Depuis le 1er août, ce sont « 17 000 Algériens qui traversent quotidiennement les frontières, dont respectivement 12 000 personnes par le poste d’Oum T’boul et 5 000 autres personnes par celui d’El Ayoun. Durant la même période, l’année dernière, le chiffre tournait autour de 10 000 personnes par jour ».

Interrogés, des cadres de la direction du tourisme estiment que « la désaffection des hôtels de la région est due, essentiellement, aux prix exorbitants pratiqués par les hôteliers et surtout aux manques de prestations de qualité. À cela, s’ajoute un surenchérissement sans commune mesure des prix des produits de large consommation au niveau des villes côtières et particulièrement à El Kala qui compte 80% des capacités hôtelières de la wilaya. Dans cette ville, une bouteille d’eau minérale de 1,5 litre coûte 50 DA en période estivale alors que normalement son prix n’excède pas les 30 DA. Idem pour le pain et la restauration dans son ensemble ».

Les responsables expliquent que « malgré le fait que la wilaya compte 18 établissements hôteliers pour une capacité de 1 800 lits, les touristes préfèrent se rendre en Tunisie. Pour attirer les touristes algériens, les professionnels tunisiens ont pratiqué des rabais atteignant les 60% du prix de la nuitée. Même la formule de ‘chambre à louer chez l’habitant’ ne fait plus recette à cause, justement, des prix excessifs pratiqués ».

« Il y a un manque criant de culture touristique. C’est tout un environnement propice au tourisme qu’il faudra réinventer en mettant en œuvre une stratégie bien claire et obéissant à des normes et standards éprouvés de par le monde », ajoutent les responsables aux mines défaites et attristées par cette fuite de capitaux en monnaies étrangères. À l’ouest du pays, la cherté des hôtels et leur saturation ne favorisent pas le développement du tourisme dans la région. Malgré la fermeture des frontières terrestres avec le Maroc, les Algériens continuent de se rendre massivement dans les villes marocaines pour y passer des vacances.

    | Lire sur TSAOran, une destination trop chère pour les touristes

Forte hausse du nombre de touristes algériens à Agadir

Selon le site marocain Telquel.ma, la ville d’Agadir a accueilli 3 000 touristes algériens depuis janvier 2016, « soit une hausse de près de 40 % par rapport à l’année précédente ». Des chiffres positifs qui donnent des ailes aux responsables marocains. Ces derniers envisagent « la possibilité du lancement d’une ligne aérienne entre Alger et Agadir qui fonctionnera toute l’année », indique le directeur du Conseil régional du tourisme d’Agadir.

Source : tsa-algerie.com / Daoud Allam

Laisser un commentaire