Tué à l’aéroport d’Istanbul, un Tunisien voulait sortir son fils de l’enfer jihadiste



Parti chercher son fils en Turquie après l’avoir convaincu de quitter le groupe État islamique, Fathi Bayoudh, un médecin respecté de l’armée tunisienne, a été tué dans l’attentat d’Istanbul, attribué à l’organisation terroriste.

C’est l’histoire tragique d’un père de famille tunisien mort après avoir convaincu son fils de quitterl’organisation État islamique (EI). Fathi Bayoudh a été tué dans le triple-attentat suicide contre l’aéroport d’Istanbul, le 28 juin. Ce père de famille, colonel-major de l’armée tunisienne, était le chef du service de pédiatrie à l’hôpital militaire de Tunis. Depuis plusieurs semaines, il se battait pour tenter de récupérer son fils, incarcéré en Turquie après être parti un temps rejoindre les rangs de l’EI en Syrie. C’est dans ce but précis qu’il se trouvait à Istanbul ce mardi.

Le directeur général des Affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères tunisien, Fayçal Ben Mustapha, a confirmé ces informations à l’AFP. Le consulat de Tunisie à Istanbul était en contact depuis décembre avec la famille Bayoudh. Faycal Ben Mustapha a indiqué que le fils de Fathi Bayoudh « s’était rendu en Irak puis en Syrie » et qu’il se trouvait maintenant « en détention en Turquie ». Son père avait réussi, au terme de longues discussions avec lui, à le convaincre d’abandonner la cause jihadiste.

L’histoire de ce fils repenti est encore confuse. « On ne sait pas précisément ce qu’il a fait » dans ces deux pays, a ajouté le directeur général des Affaires consulaires. On sait en revanche qu’il revenait d’un séjour en Syrie, a affirmé la radio privée Mosaïque FM, citant une source au ministère des Affaires étrangères. « Depuis deux mois », Fathi Bayoudh faisait ainsi « de fréquents aller-retours » avec la Turquie afin de concrétiser le rapatriement de son enfant.

Mardi soir, le père de famille tunisien s’était rendu à l’aéroport Atatürk pour accueillir son épouse, a indiqué un responsable du ministère de la Défense. Il sera inhumé ce jeudi 30 juin à Ksour Essef, dans le gouvernorat de Mahdia, selon une source militaire a indiqué à Mosaïque FM.

Tué à l’aéroport d’Istanbul, un Tunisien voulait sortir son fils de l’enfer jihadisteTué à l’aéroport d’Istanbul, un Tunisien voulait sortir son fils de l’enfer jihadisteTué à l’aéroport d’Istanbul, un Tunisien voulait sortir son fils de l’enfer jihadisteTué à l’aéroport d’Istanbul, un Tunisien voulait sortir son fils de l’enfer jihadiste

Le combat de ce père a suscité une vague d’émotion sur les réseaux sociaux. « Au revoir Mr le Professeur », peut-on lire sur Facebook. Beaucoup rendent également hommage au médecin qu’il étaitsur Twitter.

Au moins 41 personnes, dont 13 étrangers, sont mortes mardi soir dans un triple attentat-suicide à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul. En l’absence de revendication, les autorités turques soupçonnent prioritairement l’EI d’être derrière ces attaques.

Laisser un commentaire