UGTA de Tizi Wezzu : Des syndicalistes suspendus pour avoir soutenu des travailleurs



C’est le monde à l’envers au sein de l’Union générale des travailleurs algérien-UGTA de Tizi Wezzu. On savait que ce syndicat  avait pour seule mission d’être un complice permanent et docile du pouvoir algérien mais pas au point de suspendre des syndicalistes qui observent une grève légitime.

Décidément, quand il s’agit d’un relais du pouvoir, aucune limite n’est à respecter. En effet, cette semaine, une décision a été prise par la Fédération nationale des travailleurs de l’éducation FNTE-UGTA de suspendre plusieurs cadres syndicaux de la wilaya pour avoir accompagné le combat des enseignants de la wilaya de Tizi Wezzu pour arracher leurs droits socioprofessionnels.  Le hic dans cette histoire cocasse, c’est la commission exécutive de l’Union de wilaya de l’UGTA qui n’a pas trouvé mieux que de pondre juste une déclaration pour faire mine de dénoncer cette exclusion, tout en restant les bras croisés ! Dans la déclaration en question, il est souligné que la commission exécutive de wilaya de l’UGTA, s’est réunie le 21 novembre, pour débattre et examiner les différentes questions liées à la vie socio-économique de la wilaya ainsi que la situation organique de l’instance. « La Commission exécutive de wilaya regrette la décision de la centrale syndicale exécutée par la FNTE portant annulation des détachements des frères cadres syndicaux du syndicat d’entreprise des travailleurs de l’éducation  de la wilaya en l’occurrence  Ait Abderrahmane Mustapha et Cherifi Ahcene pour le motif d’avoir recouru à la grève pour défendre une plate forme de revendications et de réclamations. La même sanction est infligée à deux secrétaires généraux des unions locales à savoir : Aider Ahcène et Abed Achour pour des motifs inconnus », précise la commission exécutive de l’UGTA de Tizi Ouzou.

Cette dernière ajoute, dans le même communiqué : « A cet effet, la commission exécutive de wilaya tient à lever tout amalgame lié à cette regrettable décision. Et pour cause, les frères sanctionnés, connus pour leur intégrité et leur dévouement envers l’organisation ainsi que leurs sens de la légalité et de discipline militante, n’ont fait que reprendre et défendre une plate forme de revendications et de  réclamations formulées par la base du secteur. Lesquelles revendications et réclamations, totalement ignorées par la direction de l’éducation, nonobstant les diverses invitations au dialogue initiées par la représentation syndicale du secteur à Tizi Wezzu. Situation de blocage d’une part, et de surenchère d’autre part, ayant conduit impérativement au recours à la grève ». Et pour conclure, faisant montre d’une impuissance inouïe devant les décisions prises par la Centrale syndicale à Alger, la commission exécutive UGTA de Tizi Wezzu exhorte, pour ne pas dire « supplie », la centrale syndicale à intervenir auprès de la FNTE « pour  le rétablissement de nos frères syndicalistes ».

Lyès Medrati pour Tamurt

Source : tamurt.info

Laisser un commentaire