Un «accord provisoire» sur la Syrie en gestation



Cessez-le-feuJohn Kerry a fait état d’avancées significatives pour une «cessation des hostilités» avant que des attentats ne visent Damas.

Au moment même où les diplomates russes et américains s’employaient à mettre la touche finale à un «accord provisoire» de cessation des hostilités en Syrie, l’Etat islamique a frappé des zones tenues par les forces loyalistes à Homs et au sud de Damas ce dimanche après-midi. Le bilan des attaques commises par les kamikazes islamistes est très lourd. Il y aurait plus d’une centaine de morts. Cette attaque meurtrière intervient alors que les discussions en vue d’établir une trêve semblent enfin progresser.

Lors d’une conférence de presse à Amman en Jordanie, John Kerry a annoncé avoir eu des échanges prometteurs avec son homologue russe Sergueï Lavrov. «Nous sommes parvenus à un accord provisoire en principe sur les termes d’une cessation des hostilités, qui pourrait commencer dans les jours qui viennent», a-t-il déclaré. Vladimir Poutine et Barack Obama devraient avoir un entretien téléphonique dans les prochains jours, voire les prochaines heures pour évoquer les modalités de mise en place de cette trêve. «Nous sommes plus proches aujourd’hui d’un cessez-le-feu», a assuré le secrétaire d’Etat américain. Les autres membres du Groupe international de soutien à la Syrie doivent encore être consultés. Vendredi dernier, ils avaient dû renoncer à tenir la réunion prévue à Genève, faute d’avancées sur la mise en place d’un accord entre les parties pour un arrêt des combats.

Le souhait formulé une semaine plus tôt à Munich étant resté lettre morte, les diplomates russes et américains étaient alors repartis dans une série de consultations bilatérales pour essayer de sortir de l’impasse. Ce travail semble avoir porté ses fruits. Signe que les choses bougent, Bachar el-Assad, qui avait fait preuve d’intransigeance en début de semaine, agaçant même son allié russe, a déclaré samedi qu’il était prêt pour un cessez-le-feu. A la seule condition que les «terroristes» ne profitent pas de l’accalmie pour prendre des positions. Quelques heures auparavant, l’opposition syrienne s’était elle-même dite prête à accepter la «possibilité» d’une trêve temporaire. Les conditions posées: que les alliés de Damas, dont la Russie, s’engagent dans un cessez-le-feu, que les sièges soient levés et les livraisons d’aide autorisées à l’échelle nationale.

Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé que des discussions sur les conditions d’un cessez-le-feu étaient en cours. Moscou a rappelé qu’un éventuel accord exclurait les opérations visant les organisations «reconnues comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’ONU», telles que l’Etat islamique, Al-Qaida et al-Nosra. Autre événement attestant d’une accélération dans les discussions, l’arrivée dimanche à Téhéran du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, porteur «d’un message spécial de Vladimir Poutine». «Il a présenté au président Rohani un aperçu de la situation concernant la stabilité dans la région et le processus des négociations pour instaurer un cessez-le-feu en Syrie», a rapporté l’agence officielle iranienne Irna.
(24 heures)

Source : Par Alain Jourdan

Laisser un commentaire