Un bel hommage à un parrain, Kamal Hamadi



CANADA (Tamurt) – C’est bien à l’image du long parcours de l’artiste Larbi Zeggan dit Kamal Hamadi que le Théâtre du Renouveau Amazigh (TRA) lui a rendu un hommage le 7 mai 2016, à Montréal. Le marathon artistique à l’honneur de Kamal Hamadi,  ” le tailleur de chansons sur mesure” a commencé à 19h pour finir aux environs de minuit avec deux belles chansons, interprétées par le fêté, suivies de prises de photos souvenirs avec ses fans.

Les kabyles résidants au Canada, nombreux, ont assisté au défilé d’une dizaine de chanteurs et autres animations: la Choral Tilleli, orchestre instrumental, Rachid Haroun, Yacine Meziant, Zahir Ouali, Djaffar Ali Mamer, Hakim Kaci, Farida Eldjama, Djamel Lahlou, Achour Zanoutène et Kamal H. La projection du film “Ger yenzizen” qui retrace la vie et le parcours du convive a fasciné l’audience au point d’avoir englouti en quelques instants tous les DVD exposés en vente.

Chants, applaudissements et youyous, le public a accompagné les chanteurs qui se sont succédé sur la scène tout au long du ballet. Lhacène Ziani, un ami de Kamal Hamadi, qui est aussi représentant du MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) au Québec et au Canada, s’est déplacé malgré son état de santé chancelant pour contribuer, avec un récital approbateur envers l’artiste et son œuvre, à cet hommage  qui n’est pas ordinaire mais extraordinaire.

L’artiste qui a arrêté de chanter depuis un bon moment n’a pas rompu avec l’écriture, l’humour, les bonnes résolutions et l’espoir. Bienheureux de l’accueil qui lui a été réservé, Kamal Hamadi a remercié les organisateurs, ses amis, ses fans, sa communauté Kabyle du Canada, tous ceux et celles qui prennent part à faire avancer et améliorer la musique en général et particulièrement la musique kabyle. Il a souhaité à toutes les femmes une bonne fête, à l’occasion de la journée mondiale des mères.

 Van Gogh a coupé son oreille qu’il trouvait moche sur ses propres portraits, mais Kamal Hamadi ne coupera pas sa langue même s’il croit que son ton n’est pas bon. Enfin, cela va sans dire, malgré son âge, qu’il ne fait pas d’ailleurs, Kamal Hamadi chante encore comme un rossignol et joue de la guitare comme un dieu.

Boualem Afir.

Lire l’article depuis sa source : tamurt.info

Laisser un commentaire